AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isabella Pazzavardi ~ terminé ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isabella Pazzavardi

Dolce melodia delle Nevi

avatar

◊ Messages : 94
Age : 27

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Isabella Pazzavardi ~ terminé ~   Mer 26 Jan - 17:19

    ₪ CARTE D'IDENTITE ₪

    ۞ Nom : Pazzavardi
    ۞ Prénom(s) : Isabella
    ۞ Surnoms : Izzy ou Bella
    ۞ Âge : 20 ans
    ۞ Esclave de :Al-Cid Serpente
    ۞ Type d'esclave : Esclave de compagnie, il arrive souvent d'être présente pour le plaisir. Cependant elle sait tout faire dans une maison et accomplit ses tâches sans jamais broncher. Et avec un certain sourire purement innocent.
    ۞ Orientation sexuelle :Bisexuelle

    ₪ ASPECT PHYSIQUE ₪


    ۞ Physique : Elle est belle Izzy avec son visage d'ange. Sa peau douce est aussi pale que de l'ivoire s'accorde parfaitement avec ses yeux d'un bleu azuré et ses lèvres roses. Ses cheveux sont d'un blond très clair et soyeux, encadrant de quelques mèches rebelles son visage. Oui elle est jolie la jeune femme. Une taille normale pour un poids normal, sa stature rappelle celle des femmes de l'ancien temps. Fine et bien proportionnée, Izzy n'apparaît pas comme quelqu'un au physique vulgaire mais comme une femme-enfant. Ses mains vous donnent envie de les toucher sans cesse, ses doigts peuvent libérer une douce mélodie dans le coeur des gens qui l'entourent. Ses jambes sont habituées à parcourir de longues distances et à courir longtemps sans flancher. Oui, la demoiselle à quelques muscles qui l'aident à tenir le coup dans ce monde amère et cruel dans lequel Izzy a toujours vécu.
    ۞ Allure : Cela varie selon les jours. Parfois on la voit comme une simple esclave, parfois comme une femme adulte et douée de logique et de bon sens, parfois on la voit comme une femme à peine sortie de l'adolescence. Et puis chacun ayant un point de vue différent... bref.
    ۞ Goûts vestimentaires :Isabella n’a pas de goûts en particulier. Elle porte de tout, mais à néanmoins une préférence pour les robes avec de la dentelle.
    ۞ Signes particuliers : Une grande cicatrice qui commence entre les deux omoplates et se termine dans le bas du dos. Seul souvenir que lui avait laissé sa famille avant de l’abandonner il y a quelques années. Ce que personne ne sait, pas même son maître, c'est que la jeune femme a pratiqué l'escrime. En cachette évidemment. Il serait donc imprudent de la défier avec une lame, car il se pourrait bien que certains soient surpris...

    ₪ INFORMATIONS PSYCHOLOGIQUES ₪


    ۞ Généralités :Izzy est une jeune femme discrète, compréhensive et adorable avec le peuple. Mais sous cette façade de douceur et de gentillesse se cache une grande souffrance psychologique. Abandonnée par les siens il y a quelques années, Izzy eut beaucoup de mal à se remettre de ça. Mais avec ceci se rajoutait une enfance difficile au sein d'une famille totalement folle et violente. Une famille de riche qui préférait rejeter leur unique fille plutôt que de sombrer dans la pauvreté. Pitoyable mais ainsi va la vie. Pour compenser ce malêtre qui la ronge, Isabella choisit de sourire. De donner aux autres ce qu'elle n'a jamais pu obtenir de ses parents.
    ۞ Vices :Naïve de nature, si on lui fait boire de l'alcool la miss devient violente et très franche.
    ۞ Aime : Chanter et jouer de la musique. Offrir des sourires à ceux qui en ont besoin. Pas grand chose en fait. Trop déçue psychologiquement pour ça. Elle peut éventuellement apprécier son maître. Lorsqu'elle en aura un.
    ۞ N'aime pas :Ses parents. Ces hommes qui la prennent pour satisfaire leur besoin de sexe.
    ۞ Sociabilité : Une pas trop mauvaise sociabilité. Elle s'attire souvent l'amitié des gens du peuple dont la richesse est peu élevé.

    ₪ HISTORIQUE ₪


    ۞ Passé :
    Passé :
    Pourquoi naître lorsque le monde autour de vous ne fait rien pour rendre votre vie heureuse ? Pourquoi vivre dans la souffrance alors que la mort pourrait beaucoup plus douce et reposante ?
    Pourquoi dois-je être la seule à souffrir dans cette foutue famille ?
    ...


    « Elle n’aurait dut jamais connaître la lumière ». Ce sont les paroles de Katerina lorsqu’Isabella fut née. Sa naissance n’avait pas été prévue et encore moins voulue mais il avait été trop tard pour faire quoi que ce soit. Ainsi Izzy était déjà haït par sa famille. Tous des Bulluniens d’ailleurs... Mais bref. Le père d’Isabella n’était même pas ému de voir apparaître ce petit bébé pourtant déjà si joli. Une petite touffe de cheveux clairs trônait sur la tête de la petite, preuve de son origine. Cependant ce que ne savait pas Eugenio, c’est que sa femme l’avait trompé et par conséquent rien n’était sur que ce soit sa fille biologique. Vraiment, la famille Pazzarvadi avait beau avoir une petite fortune qui les faisait monter dans le rang de la population aisée (pas noble), l’importance qu’ils s’accordaient entre eux relevait de l’égoïsme et de la stupidité pure.

    C’est donc avec ses deux parents qu’Isabella a commencé sa vie. Une chienne de vie puisqu’elle était traitée comme une moins que rien. Enfin seulement lorsqu’elle eut atteint l’âge de 7 ans. Avant, elle était bridée mais pas trop violemment pour ne pas que la réputation de la famille parte en charpie. L’apparence qu’ils donnaient faisait penser à une famille parfaite, sans défaut. Sauf que cela n’existe pas. Surtout à Belmonte. C’est là qu’a grandit la petite Izzy. Beaucoup de monde l’appréciait cette gamine. Elle était si différente de sa mère et de son père... Son innocence et sa pureté d’esprit faisait d’elle un petit ange que l’on voulait garder au près de soi tellement sa douce chaleur vous traversait le cœur. Sa gentillesse n’avait d’égal que sa beauté. Parce qu’Izzy était belle malgré son jeune âge. Encore plus belle que sa propre mère. Ce qu’elle avait pris de son père ? Physiquement ? Rien. Ce qui laissait un gros doute. En était-il vraiment le père ?

    Un conflit se fit entre les deux parents et Isabella en a subit pas mal de ces disputes violentes. Souvent elle se faisait insulter. Pas de maltraitance physique, du moins pas encore car cela allait venir et bien plus tôt qu’elle ne le pensait. Parce que la petite était intelligente, elle comprenait parfaitement ce que les adultes lui disaient ou pouvaient sous-entendre. Mais trop craintive Izzy préférait ne pas se montrer sous cette facette de fille compréhensive. Sa naïveté lui fit pourtant faire quelque chose. Un soir, alors que les disputes reprenaient de plus belle, la gamine s’avança vers ses parents et leur dit d’une voix douce :

    « Papa, maman, ça suffit vos disputes. Pourquoi est-ce que vous vous grondez tous le temps ? Pourquoi vous ne vous réconcilier pas ? »

    Une erreur de la part d’Izzy qui n’eut comme réponse que des insultes. Mais c’est à partir de ce soir-là que l’ambiance à la maison changea. Au lieu de se disputer mutuellement, les parent de la petite s’en prirent à elle, lui reprochant des choses évidemment fausses. Et puis les coups arrivèrent sans crier gare. La gamine n’a pas compris ce qui lui arrivait. Oh bien sûr il n’était pas question de viol, juste des gifles au visage sans raison particulier, et se faire plaquer violemment la tête contre les murs de la maison. Et pas de médecin pour la soigner de ses blessures. Ce qui était le plus incroyable chez la demoiselle, c’est que malgré les coups qu’elle encaissait de moins en moins difficilement, elle restait toujours aussi jolie. Isabella continuait d’attirer les regards sur elle, ce qui rassurait la jeune fille.

    Et puis un jour, alors que son père avait laissé un de ses instruments à la maison, Izzy décida sur un coup de tête d’essayer d’en jouer un morceau. Elle était seule à la maison ce jour-là. Attrapant donc ce qui était un violon, la jeune fille alors âgée de 13 ans, plaça l’instrument comme le faisait son père. Elle avait toujours été fascinée par le doux son qui en sortait. Et tout cela c’était les doigts que le créait. Mais son premier essai n’était pas un franc succès et toute la journée Izzy s’entraîna dur, tentant de comprendre comme produire un son correct. C’est le père qui rentra le premier et intrigué par la mélodie berçant la maison s’aventura dans le jardin. Aussi fut-il surpris de voir sa fille debout, ses cheveux blonds virevolter sous le vent qui emportait avec lui les douces notes du violon. Maintenant il n’y avait plus de doute, Isabella était bel et bien sa fille. Lorsque Katerina rentra à son tour et entendit l’instrument, elle aussi fut soudainement submergée par la beauté de la mélodie. Un son pur et innocent. Comme la jeune fille qui jouait. Mais malgré cette découverte, les années qui suivirent furent les mêmes. Jusqu’au jour de ses 18 ans. Là, c’est toute une vie qui allait être bouleversée.

    En effet ce jour-là fut d’une incroyable violence. D’abord, Izzy avait enfin décidé désobéir à son père et était sortie avec ses voisins pour son anniversaire. Rien de spécial quoi. Mais en rentrant le service fut dur. Ses bagages étaient faites et se trouvaient à l’entrée de la maison. Voulant des explications elle se retrouva au sol, violentée comme jamais par son père qui prit un couteau aiguisé et le lui enfonça dans la chair du dos. De haut jusqu’en bas il provoqua une entaille profonde qui fit hurler à la mort Izzy. Mais son cri fut atténué par un bout de chiffon placé dans sa bouche. La douleur était intolérable. Mais ce fut le dernier souvenir de sa famille car la jeune femme s’était évanouie. A son réveil elle se trouvait avec un groupe d’hommes et de femmes enchainés. Ou était-elle ? Pourquoi ? Elle ne se souvenait pas de comment elle était arrivée là. L’explication ? C’est son propre père qui l’amena dans la maison des Esclaves. Dur dur d’entendre la vérité. Très dur même. Mais son « éducation » commença à partir de ce jour qui précédait son anniversaire. A peine 18 ans que la voilà enchainée de nouveau.

    Depuis, Isabella s’habitue à son statut d’esclave. Elle apprend, elle applique, elle obéit en attendant de se trouver un maître. Et quand la jeune femme peut être un peu libre, elle arpente les rues de Belmonte en souriant. Elle n’est pas heureuse mais au moins, Izzy est bel et bien vivante avec comme seul souvenir de ses parent cette cicatrice qui la rappelle souvent à l’ordre. Parfois, elle est demandé pour une nuit, soit pour apporté un peu de compagnie à un homme, ou à une femme la demoiselle n’accorde pas d’importance à l’orientation sexuelle, soit pour le plaisir. C’est rare mais cela est déjà arrivé. La pauvre. Perdre son Innocence avec un homme qui veut se satisfaire pleinement, ce n’est pas vraiment le pied, surtout quand le monsieur n’était pas doux et y va comme un sauvage ! Bref depuis quelques temps elle espère trouver un maître. Pourquoi ? Allez savoir...

    Mais ce jour est enfin arrivé! Désormais au service d'Al-Cid Serpente, Isabella va commencer une nouvelle vie. C'est à suivre.



    ۞ Famille :
    ♦ Eugenio Pazzarvadi. 43 ans. Musicien indépendant et réputé. Père d’Isabella et mari de Katerina.
    «Père indigne. Ta violence et ta folie te perdront un jour. Tu n’es pas un homme mais un monstre qui ne mérite pas de vivre riche ! Trop imbu de ta personne, tu ne vois pas ta famille sombrer dans une folie encore plus noire que les ténèbres. Je prie tous les jours pour que tu deviennes aussi pitoyable que moi. Et tout ce monde qui te croit généreux et gentil... ça m’en donne la nausée. Tombe ! Je ne viendrais pas te sauver de ta misérable existence. ».

    ♦ Katerina Pazzarvadi. 40 ans. Peintre indépendante et réputé pour ses portraits réalistes. Mère d’Isabella et épouse d’Eugenio.
    « Mère idiote. Depuis ma naissance tu ne cesses de me rejeter. Faire semblant de m’aimer devant les autres, ça t’aura servi à quoi franchement ? Vous m’avez laissé tomber comme une vulgaire chose ! Comme pour papa, j’espère que tu tomberas, que quelqu’un vous pourrira la vie come vous avez pourri la mienne. Perdez donc votre richesse ! ça me ferait une belle jambe tient ! »

    Elle n’a jamais eu l’occasion de rencontrer le reste de sa famille. Mais même si elle faisait leur connaissance rien ne changerait, Izzy sera toujours la fille reniée de la famille.


    ₪ ET VOUS ALORS ? ₪


    ۞ Comment avez vous découvert le forum? Franchement au lieu de taper sur google Belmondo j’ai écris Belmonte. Oui c’est bête mais je suis tombée sur le forum ^^
    ۞ Que pensez vous de ce dernier? Joli design. Et superbe histoire. J’adore !
    ۞ Comment définiriez vous votre niveau RP? Euh... ça dépend des jours mais je crois que je m’en sors pas trop mal.
    ۞ Quelle sera votre fréquence de passage? Tous les jours. Pour l’instant.




Dernière édition par Isabella Pazzavardi le Mar 15 Fév - 13:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ugolina C. Pavone

ܤ Il Serpente a Piume ܤ

avatar

◊ Messages : 459

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Isabella Pazzavardi ~ terminé ~   Mer 26 Jan - 17:25

Je crois que je vais remercier ce bon vieux Belmondo pour cette erreur providentielle.

Une très intéressante fiche que je valide fissa en te souhaitant un très bon jeu parmi nous! Bienvenue sur Belmonte, grâce à notre pote Jean-Paul au gros nez! x)

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Isabella Pazzavardi

Dolce melodia delle Nevi

avatar

◊ Messages : 94
Age : 27

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Isabella Pazzavardi ~ terminé ~   Mer 26 Jan - 17:32

*est pliée de rire* Oh oui faut le remercier sinon je sais pas si j'aurais atterrie ici... quoi que le hasard peut faire des choses bien Very Happy

Et bien merci *pour une fois que je fais pas de faute dans une fiche! merci bon dieu!* je sens que je vais m'amuser ici What a Face

Et euh... merci Jean-Paul au gros nez * sort en pouffant de rire*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isabella Pazzavardi ~ terminé ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Isabella Pazzavardi ~ terminé ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Galleria dei Personaggi :: Esclaves-
Sauter vers: