AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Très chère Selen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ebe A. Lupo

ღ Petite Plume Souillée ღ

avatar

◊ Messages : 178

MessageSujet: Très chère Selen   Mer 23 Fév - 23:37

    Chère Selen,


    Cela fait quelques temps déjà que nous avons eu notre conversation, au bord d'un petit balcon du fort beau palais Serpente. J'espère que vous ne m'aurez pas déjà oublié et si ce n'est pas le cas, veuillez me pardonner mon entrée en la matière fort indélicate. Malheureusement, j'ai la fâcheuse tendance de croire que je n'attire ni le regard, ni l'interêt, je le crois d'ailleurs encore.
    Enfin, je ne vous écrit pas pour parler de ma condition et de ce que je pense de moi, se serait très impolie de ma part, là encore.

    Après notre entrevue, je me suis mise à réfléchir, à mon statue et surtout à ma place dans la famille Lupo et j'ai compris quelque chose. Vous aviez raison, je n'arriverais jamais rien en ne faisant que me plaindre ou en reportant constamment la faute sur mes cheveux. Je regrette de ne pas avoir réussit à arriver à cette conclusion de ma propre volontée. J'en ai d'ailleurs discuté avec Sabatino, mon frère aîné et il vous remercie d'avoir mit un peu de plomb dans la tête de sa soeur.
    Donc et suite cela, j'ai décidé d'imposer un peu plus ma présence, pour bien faire comprendre aux anciens que les rènes du pouvoirs ne sont pas à eux. Ce ne sera certainement pas facile et c'est une véritable bataille dans laquelle je m'engage. Peut-être est-ce perdu d'avance ? Peut-être que les traditions seront les plus fortes après tout...Mais je ne pourrais pas savoir tant que je n'aurais pas essayer et il n'est plus question d'abandonné avant d'avoir commencé.

    Tout cela, c'est vous qui me l'avez fait comprendre, Selen, je ne veux plus être la petite poupée de porcelaine qui fait jolie dans un coin. Je veux qu'enfin on me considère comme une véritable louve, aussi digne que mes congénères à la fourrure sombre.
    Certainement suis-je trop impatiente ? Je veux me isser à votre niveau, pour enfin pouvoir vous regardez en face sans me sentir forcer de baisser les yeux. J'aimerais que vous aussi vous puissiez être fière de la chef de famille que je suis. Ce que je souhaite , là, est extrêmement présomptueux et vous devez certainement avoir d'autre chose à penser que le sort d'une jeune signora, telle que moi.

    En tout cas, j'espère sincèrement que je ne resterais pas une simple parenthèses dans votre vie, il y a plusieurs raisons à cela, mais aucune que je puisse réellement couché sur une simple feuille. Je commence à parler par énigmes à présent, ce n'est pas bon signe.
    Mon message n'aura pas été bien long, mais mieux vaut-il ça que rien du tout.

    Mes amitiés à vous.


    Ebe Alice Lupo.


    PS : J'espère que les Lys qui accompagnent cette lettre sont à votre goût, prenez les en gage de mes remerciements.
Revenir en haut Aller en bas
Selen M. Pavone

ஐ Monsieur Mademoiselle ஐ

avatar

◊ Messages : 392
Age : 30

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Très chère Selen   Jeu 24 Fév - 11:02

Le 17 février.

Douce Ebe,

Sachez qu’au jour où votre lettre m’est parvenu, je venais de refermer celle que je te tenais à vous envoyer. Et c’est par un heureux hasard, que j’ai dû me résoudre à recommencer.
Vos nouvelles me ravivent le cœur, et suis heureux de savoir que mes mots vous ont touchés au point de vouloir faire changer les choses.

Notez qu’à aucun instant votre existence n’à quitter mes pensées. Et je dois bien dire que depuis le départ de mon mari, il n’y a que votre présence pour me raccrocher à cette réalité. Car si aujourd’hui vous devenez forte, j’ai bien peur que ma personne ne commence à vaciller.
Mais je ne veux pas vous embêter avec des problèmes aussi futiles soit-il qu’un courant de pensées qui ne sera je l’espère qu’éphémère.

Sachez chère Ebe, que le soutien de la famille Pavone vous êtes acquis, et notre présence dans le sillage de vos changements pèseront lourd. Alors envoyez balader ses vieux ronchons qui ne font que radoter des traditions déjà morte depuis longtemps.
Je ne suis pas au fait des vos us et coutumes de façon précises, mais je sais qu’une trop grande consanguinité ne peut que faire dégénéré votre Famille.
Ne voyez là aucune critique à votre égard ni à celle de votre Famille, ce que j’expose n’est qu’un fait scientifique qui a été prouvé il y a de cela bien des années.
Lutter contre sa propre famille est une des choses les plus difficiles, et sachez que même si vous ne parvenez pas à complètement changer votre Famille, le processus sera déjà enclenché, et des frères et sœurs, même des cousines vous suivront dans votre démarche.
N’est ce pas déjà le cas de votre frère ?

Alors profitez de votre présence à la tête de cette Famille pour faire ce qu’il vous semble juste, et je suis sûre que vous serez surprise de l’ampleur de vos actes.
Vous n’avez pas à rougir devant les autres Ebe, car vous êtes déjà magnifique et pleine de prestance. Plus que vous ne l’imaginez.

Si des fois l’envie vous prenait de vous sentir plus en confiance, je recommande d’aller au Salon de de Perruquerie « Capelli Veri ». Ma sœur aînée Angelica, une femme qui vous ressemble étrangement de caractère, saura vous aider. Peut être qu’être conseiller sur votre physique, vous apportera plus grand confiance en vous. Même si je trouve que votre prestance est déjà fort charmante.

Belle Ebe, vous êtes certainement plus digne de vous hisser à mes côtés que certains dont je ne citerais pas les noms. Mais pour l’instant vous n’êtes qu’au début de votre règne, tout vient à point à qui sait attendre. Les choses ne bougeront pas tout de suite, mais sachez être patiente, car alors lorsque tout se bousculera, vous en serez la première surprise.
Votre tâche au sein de votre Famille est beaucoup plus difficile que la mienne, je suis arrivée à la tête de ma Famille alors qu’aucun problème majeur n’était à déplorer. Je ne fais que suivre le courant de ce qui avait déjà été instauré, et même si je fais toujours en sorte que les relations avec les autres familles soient au beau fixe, je n’ai pas eu grand-chose à faire depuis que je suis à la tête de cette Famille.
Alors quand l’ère du changement arrivera pour votre famille, ce sont mes paupières qui se baisseront sur votre passage. Car alors, vous serez celle qui à changer la Famille Lupo.

Sachez que la parenthèse que vous croyez être est des plus exquises, et j’espère de tout cœur, que la boucle ne se refermera pas de sitôt.
J’aurais aimé connaître les raisons qui vous poussent à écrire cela, car déjà mon esprit s’envole vers milles et un délire.
Je ne cesserais de penser à vous….

Mes plus sincères sentiments.

Selen Magdalenia Pavone

Ps : Vos lys étaient magnifiques, et ils trônent dorénavant sur mon bureau dans le plus vase de ma collection.

PPs : Je vous joints une fleur de Capucine aux tons orangées que j’ai cueillis ce matin dans les Jardins du Pallazo Pavone. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai pensé à vous, en la voyant…
Revenir en haut Aller en bas
Ebe A. Lupo

ღ Petite Plume Souillée ღ

avatar

◊ Messages : 178

MessageSujet: Re: Très chère Selen   Jeu 24 Fév - 12:28

Le 19 février.



    Chère Selen,


    Je me suis retrouvée bien perplexe devant la douleur que j'ai pu ressentir dans votre lettre et je n'ai pas su quoi vous répondre. Mais à présent, je prend mon courage à deux mains, ma plume et je commence à rédiger cette lettre à votre attention.
    Mon coeur se remplit de joie de savoir que vous ne m'avez pas oublié et que vous pensez encore aux quelques mots que nous avons échanger. Cependant, bien rapidement je déchante en lisant ce qui suit. J'avais entendu parler du départ de votre époux, c'est vrai, mais il me semblait que c'était quelque chose de prévu et de convenu et que par conséquent vous supporteriez bien mieux la séparation.
    Me serais-je trompé moi-même ?

    Je rêverais de venir vous voir pour vous apportez mon soutien, comme vous m'avez accordé le votre, mais je ne le peux. Je suis en plein conflit interne et je dois avouer que il y a des jours où il m'est impossible de quitter le manoir. J'enrage devant le manque d'ouverture d'esprit de certain, qui m'oblige bien malgré moi à me contenter de vous offrir quelques mots griffonné sur une simple feuille.
    J'ai peur pour vous, Selen et je vous demande de ne pas faire de folie.
    Et je suis certaine, qu'il y a quelque part quelqu'un dans votre entourage qui s'inquiète bien autant que moi, il vous suffirait de tendre l'oreille et d'ouvrir grand vos yeux pour le réaliser. Bien sûr, c'est un peu présomptueux de ma part de faire des suppositions ainsi, mais je suis presque certaine de ne pas tromper. Et si j'ai raison, alors il y a quelqu'un près de vous, qui doit souffrir de ne rien pouvoir faire pour vous. Si cette impuissance la fait souffrir autant que moi, alors je plains vraiment cette personne.

    Vous n'êtes pas seul, signore. Certes votre mari n'est pas là et c'est un vide qu'à défaut de comprendre, je peux parfaitement envisager. Mais il n'est sûrement pas votre seul raison de vivre, non ? Si je me trompe, dite le moi et je viendrais m'excuser à genoux de mon insolence et de ma bêtise.

    Pour rentrer dans un sujet moins personnel, je pense que vous avez raison.
    La dégénérescence que subit ma famille et son unique faute et j'en incombe à présent la responsabilité. Dès à présent, je vais faire en sorte d'interdire les mariage et union pouvant conduire à des enfants, qui souffriront de leur différences en grandissant. Je ne sais que trop bien ce que cela fait de voir son monde et son enfance détruit par une différence aussi futile qu'une couleur de cheveux. Forcé est de croire, que ce ne sera pas facile et je me heurte déjà douloureusement contre le poids de la tradition. Mais je vous l'ai déjà dit, je n'abandonnerais plus.

    Je ne pense pas être plus méritante que vous, car il faut aussi beaucoup de force pour réussir à préserver une famille, même si tout semble aller bien en apparence. On a vu trop de famille disparaître car elle n'était pas mener par celui qu'elle aurait dû. La décadence arrive là où pointe la faiblesse du dirigeant et je pense que tant que vous continuerez ainsi, le chemin restera calme et paisible.
    C'est pourquoi, je vous conjure, restez t-elle que vous êtes. Il est inutile de vous forcer, si vous le devez et bien prenez un peu de repos. Mais ne vous enfoncez pas dans des choses qui pourrait vous détruire.
    Je ne souhaite pas que vous baissiez les yeux sur mon passage, je veux au contraire pouvoir affronter votre regard et m'y noyez un peu.
    Il est tard et voilà que je pars dans des délires qui me sont propres, j'aimerais d'ailleurs beaucoup connaître les vôtres.

    Prenez soin de vous, Selen.
    S'il vous arrivait quelque chose, je ne vous le pardonnerez pas.


    Ebe Alice Lupo.


    PS : Je suis ravie que les lys vous plaise. La capucine que vous m'avez envoyé est ravissante, je l'ai arrangé dans un petit vase sur ma table de nuit. J'en prend soin et espère qu'elle ne se fanera pas trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
Selen M. Pavone

ஐ Monsieur Mademoiselle ஐ

avatar

◊ Messages : 392
Age : 30

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Très chère Selen   Ven 25 Fév - 9:39

Le 27 février

Tendre Ebe,

Désolé de cette absence de mots qui a dû vous semblez longue. Il y a des choses auquel je n’aurais jamais pensé avant, et qui maintenant me dévore l’esprit et m’obnubile au point de que plus rien ne semble important.
Le départ de mon époux n’était au contraire pas prévu, et il à préféré avoir pour amante la Mer et son écume, plutôt que mes bras et ma froideur. Mais je ne lui en veux point, après tout mon époux n’est encore qu’un enfant et je comprends son envie de découvrir le monde. Il n’en reviendra que plus fort et plus méritant. Empêtré dans les toiles que sa mère et moi avons tissé autour de lui, il ne restait au final que ce seul recourt pour faire sa propre vie, et trouver le sens de sa propre existence.
Je n’ai qu’une hâte qu’il me revienne, car même si Belmonte jase sur notre union, Dante important pour moi. Bien plus qu’il ne le pense.
Son départ n’a été que le déclencheur de ce qui sommeillait en moi depuis des années. Je ne me reconnais plus, et n’arrive plus à savoir qui je suis.

A trop vouloir jouer un double jeu, je ne sais plus vraiment ce qui est important pour moi. Mais au final, c’est en ayant perdu Dante que je me suis rendu compte de certaines choses. J’aimerais vous séduire Belle Ebe, j’aimerais que votre cœur palpite pour moi, pour ce qui dort en moi et que j’emprisonne depuis trop longtemps, plutôt que pour l’image que je laisse paraître.
Depuis trop d’années ont m’a demandé d’être ce qu’au final je ne suis pas.

Homme, Femme, moitié d’une moitié, mais au final rien de bien assumé.

Je ne veux plus être cela, une créature hybride qui fascine par sa froideur féminine et qui séduit comme l’homme brûlant que je suis.

Tout autour de moi semble si parfait, tout tourne dans un sens merveilleux, et tout ce que j’ai toujours entreprit à porter ses fruits. Pourtant, je ne suis pas satisfait, je ne suis pas satisfait de ce que je suis devenu.
De l’être indécis que je suis.

Homme ou Femme.

Je veux prendre ma décision. Je ne veux plus vivre dans un monde ou je n’assume pas entièrement mes choix.
Je ne veux pas ressembler à ma sœur aînée qui pourtant fascine par cette ambigüité qu’elle possède. Mais son esprit retord convient à ce corps du troisième sexe.

Pardonnez-moi, si je vous semble bien mal en point et si je ne parle pas de vos soucis. Je sais que ce que vous vivez en ce moment est très difficile, et je suis fier de me dire que ce vous accomplissez est dû aux quelques paroles que je vous ai soufflé. Je suis fier de savoir que vous serez bientôt une reine.
Quand à la personne à mes côtés qui s’inquiète, vous aviez entièrement raison. Elle se trouve même ici, sous mes yeux, à travailler à mes côtés, et comme je l’en remercie.

Et même si mon choix, n’est pas encore établi, je sais que bientôt il sera fait, et pourtant j’ai peur, car il pourrait m’éloigner de vous, il pourrait faire bifurquer à contresens la relation que j’ai avec mon époux.
Il n’y a au final qu’avec cette personne que rien ne changera.

Aidez-moi douce Ebe….

Votre dévoué Selen.

Ps : Chacune de vos lettres me fait un peu plus pencher la balance, et même si les lys ont disparu, sachez Tendre Ebe, que vous hantez mes pensées, comme aucun fantôme que je n’ai connu avant.
Revenir en haut Aller en bas
Ebe A. Lupo

ღ Petite Plume Souillée ღ

avatar

◊ Messages : 178

MessageSujet: Re: Très chère Selen   Ven 25 Fév - 14:41

    Le 28 févrirer.



    Chère Selen,


    Je dois d'abord vous avouez que votre absence de réponse en plus de me toucher, m'as énormément inquiété. J'ai plusieurs fois pensée me rendre dans votre demeure pour m'enquérir de votre santé...mais au final, je n'en ai pas eu le courage.
    Quand, j'ai enfin reçut votre missive, j'ai été extrêmement soulagé, mais à présent que ma lecture est terminé, je ne sais trop quoi vous dire ou comment m'exprimez. Par conséquent, je pense que cette lettre sera la plus courte que je ferais, mais aussi la plus sincère. Aussi je vous demande, Selen, de la lire avec beaucoup d'attention.

    Sincèrement, les sentiments que vous m'avouez dans votre lettre me trouble et me rende confuse. Et j'ai le sentiment douloureux de vous avoir fait souffrir en voyant quelque chose que vous ne vouliez pas. Cependant, je pense que tout le monde est d'abord charmé par l'apparence extérieur présenté. Après tout, vous ne saviez rien de moi non plus, n'est-ce pas ? Mais vous êtes tout de même venu à moi et cela m'a fait plaisir.

    On aime toujours l'image que l'autre veut bien nous donner.

    Mais, la personne que j'aime vraiment, c'est bien la personne que j'ai ressentit dans vos lettres, Selen, quand vous m'écrivez, je ne vois pas votre visage, je ne vois pas votre sexe, je vous vois vous. Et je pense que c'est ce qui compte vraiment.
    Pourquoi devrions nous ressembler physiquement à ce que nous sommes mentalement ?
    Personnellement et dans ce cas, je ne pense pas que mon apparence m'aille vraiment et il faudrait que je la change. J'aime votre physique et ce que vous êtes à l'extérieur, c'est vrai, je serais une menteuse si je le niais. Mais au-delà de ça, j'aime aussi vraiment ce que vous ne montrez pas !
    Pourquoi devriez-vous devenir quelqu'un d'autre pour vous assumez ? Les gens ne vous aiment t-ils déjà pas ainsi ? Quelqu'un qui vous aime vraiment, qui veux compter pour vous, qui veut vous protéger, pensez-vous réellement qu'il n'a pas déjà vu au-delà de ce que vous lui montrez ?

    Moi, Ebe Alice Lupo, je vous aime comme vous êtes. Je prendrais vos qualités, comme vos défauts. Parce que, ce que j'ai vu et ressentit de vous me convient et j'aimerais vraiment que vous vous aimiez ainsi. Bien sûr que c'est égoïste de ma part, à cet instant je peux le dire, je suis la femme la plus égoïste du monde.
    Mais si je dis que je suis amoureuse de Selen Magdalenia Pavone, c'est que j'aime la personne dans son entièreté. Je n'aime pas juste la femme, je n'aime pas juste l'homme, j'aime Selen.

    Voilà, ma pensée est dite. Je ne me relirez pas, car j'aurais alors trop peur de vouloir effacer des choses qui sont pourtant si chères à mon cœur. Il y a bien des choses que je n'ai pas dite, mais j'estime qu'elle vous retirerez un peu de votre liberté de choix. Et quoi qu'il arrive, même si je ne peux me trouver à vos côtés, c'est libre que j'aime vous regarder.
    J'ai joint encore une fois un bouquet de lys, pour que vous pensiez à moi encore plus fort.
    Je vous aime...mais je ne suis pas certaine que cet amour seul pourra vous aidez. Pardonnez-moi.

    Mes sentiments vous accompagnent.


    Ebe Alice Lupo.


    PS : Ne croyez pas que ma déclaration vous donne tous droits sur moi. Je viens juste de vous donnez mon consentement pour me séduire. Le reste n'est plus que mon bon vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Selen M. Pavone

ஐ Monsieur Mademoiselle ஐ

avatar

◊ Messages : 392
Age : 30

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Très chère Selen   Lun 14 Mar - 13:47

Ma tendre Ebe,

Je n’ai pas eu l’occasion de vous écrire, et pourtant chaque mot que j’écris sur cette lettre me brûlait les lèvres depuis des jours. Chaque mot que j’appose ici, à été mûrement réfléchit et reflète l’exactitude de mon état d’esprit en ce moment.

Je serais brève, et ne vous perdrait pas par mille détours de rhétorique, je ne vous dirais que ce je pense, et ce de la façon la plus simple.

Ma décision est prise. J’ai choisis ce que j’ai décidé de devenir, et plutôt que de vous l’annoncer à l’écrire, j’aimerais vous revoir Douce Ebe, pour que vous constatiez par vous-même. Ce n’est en réalité qu’un prétexte pour vous revoir, car vous hantez chacune de mes pensées, et votre douceur me manque. Votre voix douce et franche siffle à mes oreilles.

Sachez que l’amour que vous me porter me fait tant plaisir, que mon cher ami, ne cesse de se moquer de mon sourire béat, il ne cesse de me rappeler à l’ordre pour que mon esprit ne s’égare pas sur des pensées qui vous sont destinées.
Sachez que l’amour que vous me porter vous ai rendu au centuple. Sachez chère Ebe, que mon cœur brûle pour vous comme il n’a jamais brûlé pour quelqu’un, et si je pouvais me l’arracher pour vous le prouver, je le ferais sur le champ.

Des rumeurs de Belmonte me font peur en ce moment, des rumeurs sur un éventuel mariage que vous auriez accepté.
Est-ce vrai ma délicieuse Ebe ?
Je ne sais que penser, et je ne veux pas croire que notre amour n’est qu’un jeu pour vous, alors j’attends de vous voir de vive voix pour que nous en discutions comme les adultes que nous sommes.

J’attends avec impatience le retour de mon époux, il devrait être parmi nous dans quelques jours à peine. Je vous enverrais bien sûr de ces nouvelles.

Convenons ensemble d’une date et d’un lieu pour nous revoir Tendre Ebe. Que diriez-vous de se voir dans les Giardini Sospesi, à l’heure où le soleil vacille pour retrouver sa douce amie la Lune ?

J’attends votre réponse avec une impatience de poulain voulant se lancer dans son premier galop.

Avec tout mon amour,

Selen Magdalenia Pavone

Ps : Je ne me serais jamais permit de croire que votre personne m’appartenait. J’aime votre liberté, et je suis votre obligé. Je donnerais le meilleur de moi-même pour réussir à conquérir votre cœur.

Pps : Le collier que je vous joins à créer par une de mes sœurs dans l’unique but de parer votre cou de ce qu’il y a de plus beau. Il est bien plus beau que l’horrible croquis que j’avais effectué pour qu’elle le réalise. J’espère qu’il vous saura trouver grâce à vos yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Ebe A. Lupo

ღ Petite Plume Souillée ღ

avatar

◊ Messages : 178

MessageSujet: Re: Très chère Selen   Mer 16 Mar - 22:00



    Chère Selen,

    Ce mot que je vous écris est par sa brièveté, loin de ressembler à une lettre. Je ne peux et ne veux ni nier, ni acquiescer à vos questions. Comme vous l'avez-vous même dit, je pense qu'il serait bien mieux que nous nous parlions face à face. Moi-même, je ne veux pas cacher que j'ai hâte de vous revoir, ces dernières semaines ont été plus qu'éprouvante et voir un visage ami ne pourra que me faire du bien.
    Les mots que je lis dans votre message font battre mon cœur à un point que j'ai du mal à respirer, ce sont les seuls choses qui parviennent actuellement à me faire sourire. Je crois que je suis un peu fatigué...

    Retrouvons nous à l'heure et dans le lieu que vous avez convenu, Selen.

    Avec tout mes sentiments, pardonnez moi de ne pas vous rassurez.


    Ebe Alice Lupo.

    PS : Je suis heureuse de savoir que votre mari vous reviendra bientôt, je sais combien son départ vous a peiné.

    Pps : Le collier était tellement magnifique que je n'ai pas osé le porter immédiatement, à présent, je ne veux plus le quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Très chère Selen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Très chère Selen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Zoppichi alle lettere-
Sauter vers: