AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Dim 13 Mar - 16:10

Jeudi, le 17 Mars, fait à Murano.
    Votre Excellence,

    Je me permet de vous adresser ce courrier un peu informel pour m'entretenir avec vous d'un souci qui chagrine, voir ronge mon âme. Fervente dévouée à notre Seigneur, j'ai jadis été éduquée au Couvent Santa Cecilia, en campagne de notre belle île de Bulluno. Je loue Son Nom ainsi que celui de son Fils Jésus-Christ et sa mère la Vierge Marie, me rend tout les Dimanche à la messe et j'ai demandé depuis toute petite à pouvoir prier le rosaire, pour faire des prières plus "complètes". Je pense que c'est le meilleur moyen d'être un bon chrétien, de prier au plus souvent les grâces de notre Seigneur.

    Cependant, ma lettre n'a pas de but théologique; loin de moi l'idée de vouloir débattre de cela avec Votre Excellence, éminence dans ce domaine. J'ai beaucoup d'admiration pour vous, et mon plus profond respect. Cependant, si j'aspire à être une brebis exemplaire, c'est loin d'être le cas. Je suis directrice de la prison d'Il Muro, mais ma seule envie est de retourner au couvent pour embrasser la Foi et devenir religieuse.

    Votre Excellence, je crois que mon âme est en danger.
    Seule vous pouvez m'aider, car j'ai peur de perdre la voie.

    J'ai vraiment peur, si peur que je n'en dors plus. J'ai prié, jeuné, je me suis confessé, mais rien ne soulage mon esprit. J'aimerai, si vous me le permettrez, me confesser face à vous, Votre Excellence, et chercher comment enfin racheter mes pêchés.

    Les femmes ont plus de honte de confesser une chose d'amour que de la faire.
    Les femmes sont extrêmes : elles sont meilleures ou pires que les hommes.
    Je trouve ces idées effrayantes, car parfaitement vérifiables.

    Je le ferai par courrier, en espérant que vous brûlerez ma correspondance comme je brûlerai la votre. Je ne veux pas qu'on sache quoi que ce soit et bien que je vous fasse entièrement confiance (comment ne le pourrait-je pas? Vous êtes la voie de notre Seigneur en cette ville), la crainte m'aveugle, et je préfèrerai être rassurer par la destruction de notre courrier.

    Je requiers votre aide, Votre Excellence, car j'ai peur de mettre un terme à ma vie et que mon âme soit ainsi -plus que damnée- perdue dans les limbes à jamais.


Que le Seigneur vous préserve, dans sa plus grande bonté,
Votre Obligée, Raffaela Sergia Serpente.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Soeur Vérité de l'Éternel

† Vox Divina in Terrae †

avatar

◊ Messages : 187

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Dim 13 Mar - 17:18

18 mars, St-Vendredi, Église San Zaccharia


Chère Signora Serpente,

Je garde de bons souvenirs du couvent Santa Cecilia où j'ai moi-même passé quelques années de ma jeune vie. C'est un endroit si calme et si bénéfique autant pour l'âme et le corps, qu'on ne peut qu'en garder de bons moments. Votre ferveur est digne de mention, et je n'en doute point que vous fûtes une bonne chrétienne.

Nous sommes toutes des brebis, moi autant que vous, aspirant à une meilleure vie qui nous attend après une vie de souffrance et de tristesse. Nulle vie n'est bien heureuse sur cette terre, mais c'est en persévérant, par les dons du Saint-Esprit, que notre Seigneur nous accorde que nous parvenons à avoir le bonheur dans nos coeurs avant de l'avoir dans notre esprit.

Sachez mon enfant, que je suis là pour vous, prête à écouter, lire, ce que votre coeur et votre tête — car les deux sont bien liés — ont qui vous préoccupe. Je vous assure de mon plus profond respect pour votre condition, bien que notre divin Seigneur soit dans ses confessions, nulle autre personne n'en saura mot de ma part. Je vous écoute et vous conseillerai selon les Voies saintes de l'Éternel, de Jésus-Christ notre sauveur et du Saint-Esprit.

Puissiez-vous retenir ce geste qui vous perdrait dans l'éternité dans ces lieux de non-vies et de péchés, afin que nous puissions, à deux, apaiser votre coeur et votre âme. J'attends de vos nouvelles.

Que le Seigneur vous bénisse, chère enfant,
Votre dévouée, Soeur Vérité de l'Éternel.
Excellence Leone.
Revenir en haut Aller en bas
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Dim 13 Mar - 18:11

Samedi, le 19 Mars, fait à Belmonte.
    Votre Excellence,

    Le couvent fut bon et généreux avec moi. Plus que le fait que les sœurs m'aient recueillie alors que j'étais orpheline, ce fut la bonne éducation que j'y reçue, et le plaisir que j'eus à recevoir les enseignements de Dieu dans cet endroit comme hors du temps et des tentations de la grande ville. Je me souviens encore avec nostalgie de l'expression éternellement recueillie de Sœur Sanccia, notre Sœur chantre. J'eus souvent la joie d'être Lectrice, lisant la Bible avec plaisir durant les repas. Cette époque me semble lointaine, et cela me manque beaucoup. Mais je ne peux revenir au couvent car j'ai promis sur le lit de mort à feu mon mari de diriger la prison d'Il Muro à sa mort. Je ne puis me dérober à mes responsabilités, c'est une question de sincérité, d'honneur et de dignité.

    Votre Excellence, votre gentillesse m'honore profondément. et ne vous en faites pas: le Seigneur est en toute confession, à l'écoute de ses fidèles pour leur distiller son amour, vous le savez aussi bien que moi. Ainsi, écouté par vous-même et Notre Sauveur, je me sens un peu plus sereine. Je vous remercie du fond du cœur pour votre qualité et votre discrétion, bien que je n'en doutât pas un instant.

    J'ai donc des crimes dans mon cœur, qui souillent mon âme, Votre Excellence. je vais donc vous en parler, en espérant pouvoir me libérer de ce poids oppressant qui est celui de mes propres péchés. J'ai peur d'être une mauvaise perosnne, une mauvaise fidèle, vous savez. Je ne compte plus les Agnus Dei que j'ai prononcé le soir, frigorifiée par ce que j'avais fais. Mais pour commencer, je me dois de vous parler de ma famille de Sang, les Serpente, pour que vous compreniez mieux ma détresse.

    Il y a, dans notre sang, un Vice Dévorant, né de notre Sangue Nobile. Chaque Serpent a en lui un vice auquel il a un mal fou à résister. Cela peut être le mensonge, le vol, un penchant pour la boisson, une dépendance à la drogue, un goût pour la violence... irrémédiablement, ce noir penchant l'entraine vers une certaine forme d'abus. Une forme destructive, pour les autres comme pour lui-même. Je souffre de ce Vice Dévorant, luttant contre depuis des années. Mais c'est inscrit dans mon sang, et aussi bien je lutte, le Mal est toujours en moi. Il marche toujours à mes côtés.

    Ce Vice, je l'ai. Il me tiraille, me pousse et m'entraine, mais je le combat de toutes mes forces. Cependant, parfois, j'y ai cédé, j'y cède et j'y céderai. C'est comme une mauvaise farce pour moi qui n'aspire qu'à être droite, pieuse et exemplaire. Mais je sais également que je ne trouve pas de moyen de tuer dans l'œuf ce qui fait de moi un être misérable et surement criminel, dans un certaine mesure.

    Je prie Notre Sauveur Jésus Christ et sa Mère la Sainte Vierge Marie de m'accorder leur aides, chaque jour que le Seigneur fait, chaque nuit ou Il m'accorde un peu de repos.

    Votre Excellence, je ne voudrai que retenir ma main, et vivre comme une bonne chrétienne, mais c'est si dur. Et je haï ma famille de sang de m'avoir infligé une telle malédiction, même si je sais que c'est idiot, que c'est arbitraire.

    Je ne sais plus où j'en suis.


Dieu vous bénisse entre toutes les femmes,
Votre Obligée, Raffaela Sergia Serpente.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Soeur Vérité de l'Éternel

† Vox Divina in Terrae †

avatar

◊ Messages : 187

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Dim 13 Mar - 19:31

Lundi 21 mars, Église San Zaccharia

Chère Signora Serpente,

Vous parlez d'une promesse faite à votre défunt époux. Pourriez-vous vous rappeler les termes de cette promesse qui semble un peu vous contraindre quelque peu? Ce n'est peut-être qu'une curiosité de ma part, mais vous en avez fait mention dans votre première lettre. C'est pour mieux comprendre un peu votre situation...

La crainte d'être dans le péché est une peur constante que nous avons tous et toutes. C’est souvent cette crainte qui, fort heureusement, nous inspire à devenir de meilleures personnes afin de gagner notre paradis. J’espère que de vous confier à moi vous soulagera déjà quelque peu de cette douleur dans votre être.

J'ai déjà eu vent de cette malédiction de votre famille. Ils existent de nombreux racontars sur ce sujet auxquels il ne faut pas nécessairement prêter une oreille juste. La remise de votre famille de sang à la noblesse belmontienne prouve, en plus du choix exécuté par la manigance, que cette famille a le mérite, aux yeux du Divin Seigneur, d'exister. C'est surement un tour du malin qui désire éprouver la foi que vous avez, mais conserver votre confiance envers notre Seigneur et vous en serez davantage sauvée.

Le fait que vous ayez conscience de votre vice vous aide encore davantage, car vous pouvez alors en reconnaitre les signes lorsqu'il se présente. Nous sommes toutes contraintes à des occasions différentes dans notre vie à des péchés bien divers, qui nous narguent et nous rongent l'esprit. La prière et le calme sont surement la meilleure façon de vous recentrer sur vous-même et sur Dieu.

N'en voulez pas à votre famille, car ce serait alors renier vos origines et puisque nous sommes tous des descendants d'Adam et Ève, premières créations de notre divin Seigneur. Nous sommes tous les enfants de Dieu et devons respects à nos parents, de toutes générations, car ils nous ont donné un des bienfaits les plus merveilleux, la vie. Calmer votre colère en votre coeur pourra également calmer votre vice vous rongeant.

Puisse mes mots vous apporter un peu de baume à votre coeur.

J'attends de vos nouvelles,
Puisse le Seigneur vous apporter le calme que vous avez besoin...
Votre dévouée, Soeur Vérité de l'Éternel.
Excellence Leone.
Revenir en haut Aller en bas
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Dim 13 Mar - 20:49

Mardi, le 22 Mars, fait à Murano.
    Votre Excellence,

    Pour ma promesse, ne vous excusez pas, je pensais y venir dans un futur courrier. ma foi, sur son lit de mort, mon mari Baldovino Riccardo Aquila m'a fait promettre de prendre sa place en tant que directrice de la prison qu'il a dirigé toute sa vie, Il Muro. Par un accord familial vieux de plusieurs siècles, les places administratives dans le domaine judiciaire dans la famille Aquila son héréditaire: chacun choisi son successeur et on s'en tient au plan. Ainsi, il fut noté dans le testament de mon mari que je reprendrais sa prison. Rien de plus simple.

    Pour vous éclairer un peu, Il Muro se trouve sur l'île de Murano, à plusieurs kilomètres de la côte Bullunienne. Il n'y a rien sur cette île que ma prison et quelques falaises escarpées balayées par l'écume relativement violente par là bas. Je suis une femme dans un milieu d'homme, et je n'ai pas des épaules très larges, mais je m'y fais: je dirige tout ces hommes du mieux que je peux pour que tout reste en ordre. C'est mon devoir. La crainte que m'inspire le péché me donne envie de le combattre, mais parfois, je manque de me noyer dans cet océan de regret, je vous le dit sincèrement. Je crois que plus que tout, c'est de moi-même que j'ai peur, pour tout vous avouer. Je ne doute pas un seul instant que me confier à vous me fera le plus grand bien. Je n'en ai jamais parlé à qui que ce soit.

    A vrai dire, il me semble avoir découvert que les Sangue Nobile sont alimentés par les désavantages qu'ils donnent. Plus la perosnne se livre à ce défaut, plus elle devient puissante. Il me semble en tout cas, car j'ai une maitrise parfaitement anormale de mes pouvoirs de Domination, proche par ma puissante de notre Tête. Je ne l'ai jamais voulu. Je n'aime pas l'idée de contraidre quelqu'un en l'esclavageant mentalement.

    Ou tout du moins pas quand j'ai les idées claires.

    Je vous dois clarté et sincérité sur les tourments qui me ronge, Votre Excellence. Mais j'ai si peur de le dire, de l'écrire. Il semble que la honte me pourchasse encore plus d'en parler que de le faire. Ou peut-être pas. Je ne sais pas... je ne sais plus... cela me tourmente.

    Votre Excellence, j'aime voir les gens souffrir. Je crois que je suis perturbées de pulsions sadiques, moi qui initialement me dévoue à la plus pure vertu. Quelle ironie, d'être dévorée par la recherche de plaisir dans la souffrance physique ou morale volontairement infligée à autrui. Je ne peux avoir de relations sexuelles satisfaisantes sans infliger de souffrances à autrui. Je ne peux avoir de relations sexuelles tout court, en fait. Car je ne sais que regarder. Alors j'utilise mon Sangue Nobile pour ordonner d'humiliantes et douloureuses mises en scènes à mes laquais ou employés, et me satisfaire de ce spectacle répugnant. Lorsque tout est fini, j'efface tout cela de la mémoire des gens: je ne veux pas qu'ils souffrent plus. Je ne veux pas qu'ils se sentent traumatisés. Finalement, les remords me prennent à chaque fois que je me laisse aller, et par pitié pour ceux à qui je nuis, je vide leur mémoire de mes méfaits par procuration.

    Voilà, vous savez tout.

    J'ai conscience de mon vice, Votre Excellence, et au moindre symptôme, je tente de faire autre chose, de marcher, de prier, de faire du sport. Parfois, j'échoue. Et pour toute ces fois là, mon cœur saigne.

    Il y a une semaine encore, un jeune homme en prison me priait de faire arrêter ces hommes qui abusaient de lui. Je n'ai pas pu leur ordonner d'arrêter. Je suis faible, et en plus de cette faiblesse, je suis criminelle.

    Dieu pardonne t-Il cela?
    Serait-ce bien qu'Il m'accorde sa Miséricorde?
    Ce Vice Dévorant aura peut-être raison de ma Raison, mais jamais de ma Foi.

    Je ne peux haïr ceux qui m'ont mise au monde, car tout enfant doit aimer ses parents, fruit de leurs entrailles, comme jadis Jésus Christ Notre Sauveur naquit de la très sainte Marie. C'était un moment d'égarement qui ne se reproduira plus.

    Excusez-moi.

En vous remerciant pour votre bonté,
Que le Seigneur vous protège,
Votre Obligée, Raffaela Sergia Serpente.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Soeur Vérité de l'Éternel

† Vox Divina in Terrae †

avatar

◊ Messages : 187

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Mar 15 Mar - 5:02

Mercredi 23 mars, Église San Zaccharia

Chère enfant Serpente,

Je comprends un peu mieux alors votre situation. J'imagine alors que vous n'avez point eu d'héritiers de votre union. Ce type de promesse ne peut effectivement pas être défaite à l'exception où votre propre santé ne vous permettrait plus alors de vous en occuper correctement. Ce qui, il me semble à mon propre avis, est un peu ce qui se produit. Peut-être avez-vous besoin de quelque temps de repos? Je suis convaincue que vous devez avoir de la parenté du côté de votre défunt époux qui puisse vous relayer pour quelques jours.

Mais je m'écarte de votre préoccupation principale, veuillez m'en pardonner, chère enfant. Votre position au coeur d'un milieu où les autres « habitants » du lieu ont été plongés dans des vices peu reluisant au point où l'État terrestre rajoute à la peine divine est plutôt délicate. Je puis me permettre cette question : avez-vous un aumônier dans votre prison? Je suis convaincue que sa présence pourrait être des plus rassurante à vos côtés en plus d'aider ces malheureux éperdus à retrouver une foi en notre Sauveur.

Je suis toute à votre écoute et parlez sans crainte, mon enfant, je suis là pour vous aider. La solitude est parfois bénéfique, mais peut se trouver mauvaise si elle est contrainte. Le fait de vous confier devrait déjà alléger votre coeur et votre esprit, j'en suis persuadée. Le Seigneur veille sur vous et vous protège en tout temps.

Je dois avouer ne pas m'être penchée beaucoup sur les pouvoirs du Sangue Nobile, mais ce que vous apportez comme information me semble bien logique. Le don que Dieu a pourvu les nobles s'accompagnent bien souvent d'un vice particulier et l'un n'allant pas sans l'autre, il s'agit de l'éternelle lutte du bien et du mal. Le fait de réaliser cela peut permettre alors une meilleure compréhension de la problématique que vous semblez vivre. Car il me semble, selon vos propos, que vous combinez à la fois votre vice et votre don à la fois, utilisant l'un pour l'autre et l'autre pour effacer l'un...

La souffrance est le lot de chacun sur cette terre. Le malheur guette ceux qui sont coupables du péché. Par votre action, vous vous rendez vous-même doublement coupable, portant à vous seule le geste et la conséquence. Ayez confiance à notre Sauveur, celui qui est mort pour nous, mort pour nous enlever nos péchés. Pensez à lui et priez notre Seigneur de sa toute Miséricorde.

Dieu est le père et nous sommes ses enfants. Quel père n'accueillerait pas son enfant en sa demeure alors qu'il se repend? Par votre confession, vous faites déjà une bonne marche vers la délivrance.

Nous avons toutes à nos moments des instants d'égarement. Cela fait partie de la nature humaine qui nous habite, mais qui sera délivré de nos chairs lors du jugement dernier.

Soyez en paix, ma fille, et priez notre Seigneur.

Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde ! Par la mort et la Résurrection de son Fils, Il a réconcilié le monde avec lui et Il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés ; par le ministère de l’Église, qu’Il vous donne le pardon et la paix ! Et moi, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, je vous pardonne tous vos péchés.

Puisse la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, les mérites de la Bienheureuse Vierge Marie et de tous les Saints, quelque bien que vous ayez fait et quelque mal que vous ayez souffert, vous valoir le pardon de vos péchés, accroître en vous la grâce et vous obtenir la vie éternelle. Ainsi soit-il.

Soyez bénie, mon enfant, et puissiez vous trouver le calme dans votre coeur.
votre dévouée, Soeur Vérité de l'Éternel.
Excellence Leone.


(Une petite croix est dessinée dans le bas de la page.)
Revenir en haut Aller en bas
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Mar 15 Mar - 8:03

Jeudi, le 24 Mars, fait à Murano.
    Votre Excellence,

    J'ai recu votre lettre tôt ce matin, à la prison, et je tenai à vous exprimer le fait qu'elle fut pour moi un véritable rayon de soleil. Ainsi, je vous remercie de la rapidité exemplaire de vos réponses.

    Je n'ai effectivement point eu d'enfant avec feu mon mari, et il s'agit de mon plus grand regret; à présent, je ne désire plus me marier, à part peut-être un jour avec le Seigneur. Le statut de veuve est encore tout jeune pour moi, datant d'il y a à peine un an. Je n'aimai pas, comme l'on s'en doute, mon mari mais il fut bon avec moi, comme un père dont j'ai manqué dès mes neuf ans. Ainsi c'est plus, dans mon esprit, par reconnaissance de ses actes passés plus que par réelle obligation que j'ai pris la direction d'Il Muro: feu mon mari avait tant fait pour moi, il est normal que j'aide sa famille. Qui est devenue la mienne aussi. Je n'ai pas vraiment le temps de prrendre du repos, la prison étant très demandeuse, mais sur la demande de mon neveu Luciano, j'ai décidé de revenir au Palazzo Aquila le Samedi et le Dimanche, pour profiter également de la messe. Ces Week-End me font beaucoup de bien.

    Ma position de directrice de la prison d'Il Muro me fait baigner dans le vice et la souffrance: ceux qui l'ont fait subir se retrouvent ici pour en souffrir à leur tour. Certains se repentent, d'autres -beaucoup- se comportent comme des animaux, sauvages pour certains, difficiles à maintenir. Mais j'ai toujours pensé que c'était là la volonté toute-puissante de Notre Seigneur: moi aussi, je suis une criminelle; je suis la première prisonnière d'Il Muro, à la fois geôlière et captive. J'avais pensé que cela pourrait me faire expier mes pêchés. C'est juste l'inverse. C'est, je vous avoue, ce qui me mine un peu: m'être trompée à ce point sur le sens probable de la Justice Divine. Quant à un aumônier, nous en avions un, mais il a pris retraite à Belmonte même: cela faisait quarante ans qu'il officiait à Il Muro et il avait envie d'autre chose. J'en reprendrai un autre, merci de votre conseil.

    Je vous remercie de la patience que je sens transpirer clairement de vos mots. Le Seigneur vous a désignée pour le représenter sur cette Terre, sur notre île, et Il ne se trompe jamais. Vous êtes digne de la Foi que vous portez, et Dieu vous bénisse, Soeur Vérité de l'Eternel, entre toutes les femmes, pour l'oasis que vous m'offrez dans ma tourmente de pêcheresse. Vos mots apaisent un peu mon âme, je suppose jusqu'à la prochaine fois où j'aurai la faiblesse de laisser mon vice m'entrainer. Parfois, je me dis qu'être noble est une malédiction. Jadis, quand j'étais encore au couvent, je ne souffrais pas de ce Vice. Je me dévouais aux oeuvres de Dieu avec les autres Soeurs, et rien d'autre que son Amour Céleste, le cycle des saisons, et nos travaux quotidiens ne comptait. J'ai commencé à souffrir de ces affections criminels une fois mariée, apprenant la haine et la jalousie: mon mari me trompait sans cesse et cela me rendait triste. J'ai fais suivre une de ses maitresses et j'ai assisté malgré moi à son viol.

    Je n'aurait jamais cru rester sur place sans rien faire et prendre... du plaisir à la voir supplier. J'ai réagi après coup... en effaçant la mémoire de tout le monde. Comme je le fais toujours, pour ne laisser aucune souillure à l'esprit des autres. Parfois, je me dis que c'est lâche, mais je préfère cela: j'ai peur, comme tout un chacun, qu'on ne m'accuse. Mais plus que cela, c'est la crainte d'instiller le pêché et la peur sur le long terme qui me pousse à effacer la mémoire d'autrui.

    Cependant, Votre Excellence: plus je sombre dans le pêché, plus mon don se renforce, et plus mon don se renforce, plus je glisse dans le vice.
    C'est un drôle de supplice de Tantale que Notre Seigneur m'inflige.

    Vous êtes la première personne a qui je peux librement parler de cela; je n'avais guère confiance en notre aumônier d'Il Muro: c'était un vieil original qui buvait beaucoup, et sa Foi me semblait branlante. Je crois que le seul moyen pour moins sombrer serait que je quitte la prison pour prendre le voile. Et pourtant... si jadis c'était mon idée, aujourd'hui je ne peux guère plus y parvenir: je crois que l'amour terrestre m'a touché, après l'Amour Céleste du Tout Puissant, et si j'entre dans les Ordres, je ne le reverrai plus. Hors tout ce que je souhaite, c'est oeuvrer à son bonheur, et être à ses côtés. Il a touché mon âme comme jamais je ne pensais qu'il fut possible de le faire. Cependant cet homme est marié, ainsi mon seul but est son bien-être au quotidien, avec sa femme et sa fille. Je n'ai ni haine ni jalousie. Mais je vous avoue que je me sens un peu triste.

    Vous avez raison, encore une fois, le Père est bon avec ses enfants. Il est amour et compassion, et accorde sa miséricorde à ceux qui ont besoin de Lui. Mais, Votre Excellence, pourquoi ne puis-je changer? Pourquoi après la confession de mes pêchés, ils reviennent sans cesse me tourmenter, sans que je ne parvienne à les remiser dans ma tête? C'est cette spirale qui m'épuise. Je me confesse à chaque fois que je cède. Je me confesse sans rien oublier, sans rien omettre. Et à chaque fois, je suis pardonnée. Mais cela suffit-il? Le Seigneur doit-il passer son temps à pardonner mes erreurs récurrentes?

    Jésus Christ Notre Sauveur est mort sur la croix pour nous absoudre de nos pêchés. Je repense à ce fait à chaque fois que ça ne va pas. Un jour viendra où je serai devant Notre Créateur pour répondre de mes actes. En attendant ce jour, je tâche de me combattre, ma pire ennemie étant en moi.

    Merci, encore, milles fois.

En vous remerciant pour votre bonté,
Que le Seigneur vous protège,
Votre Obligée, Raffaela Sergia Serpente.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Soeur Vérité de l'Éternel

† Vox Divina in Terrae †

avatar

◊ Messages : 187

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Jeu 24 Mar - 4:01

Samedi 26 mars, Église San Zaccharia

Chère enfant,

Je fais mon possible pour vous répondre rapidement, sentant que vous avez besoin ardemment d'une présence, si ce n'est physique, au moins par lettre d'une personne amie. Nous avons toujours la présence de notre divin Seigneur, mais je vous comprends à désirez auprès de vous une personne amie.

Je comprends mieux votre situation. Votre place est bien malheureuse, mais votre récompense céleste n'en sera que plus grande encore. Si votre désir d'entrer au couvent est toujours présent, une passation légal, sans entacher votre honneur, peut se faire en nommant à nouveau un héritier puisqu'il semble que cette situation devrait inévitablement se produire lorsqu'il vous faudra vous rendre dans la Jérusalem céleste, n'ayant pas d'enfant. C'est une possibilité que je vous montre, mais libre à vous entièrement de décider de votre chemin. Cependant, il y a de meilleures chances pour vous, au sein du couvent, de pouvoir mieux vous sentir par rapport à votre sangue nobile que parmi la présence des criminels de la prison.

Si vous désirez mon aide pour le choix d'un aumônier, je puis vous être utile. Je connais un jeune homme du nom de Fernando, plein de vigueur et empli de compassion qui pourrait vous aider avec sa spiritualité dans votre sombre travail. Je vous envoie ses coordonnées ci-joint, libre à vous de le contacter. Peut-être préfériez-vous avoir une soeur? Une présence féminine à vos côtés, une bonne amie présente, ne vous ferait sans doute pas de tort à mon avis. Je suis convaincue que le couvent de Santa Cecilia serait heureux d'avoir de vos nouvelles également.

Je tente de mon mieux de vous aider chère enfant et sachez que vous aurez toujours une écoute de ma part lorsque le besoin se fait sentir. N'hésitez surtout pas, en tout moment et sur toute chose, à m'en faire part. La noblesse n'est pas un malédiction, sinon le serait tout autant la condition de paysan, d'esclave ou de domestique. Chaque personne vit des difficultés, mais nécessaires à l'élévation de notre esprit vers notre Sauveur. Nous pouvons changer, mais parfois au prix de lourds sacrifices. Certaines situations se produisent aussi eut égard aux choix faits par le passé. Mais n'ayez crainte, à chaque moment où l'on semble sombrer, l'Esprit Saint est là pour nous aider et guider nos pas vers la lumière divine.

Soyez bénie, chère enfant et prenez quelques temps de repos, cela vous fera grand bien.

Amicalement,
Soeur Vérité de l'Éternel
Excellence Leone
Revenir en haut Aller en bas
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   Ven 25 Mar - 12:10

Mercredi, le 30 Mars, fait à Murano.
    Votre Excellence,

    Le Seigneur m'accompagne à chaque instant de ma vie, et je trouve mon plaisir dans la loi de l'Éternel. Mais il est effectivement vrai que je recherche, me semble t-il au jour d'aujourd'hui, une présence humaine pour m'aider à surmonter ce que je n'ai pas toujours la force de combattre avec l'entrain qu'il faudrait pour être une exemplaire enfant de Notre Seigneur.

    Je méprise le péché, profondément, et je crains la décision de Dieu. Car l'Éternel connaît la voie des justes, et la voie des pécheurs mène à la ruine. Ainsi je dois faire tout mon possible pour prendre le chemin de la grâce plutôt que celui du vice, même si coule dans mon sang une affliction difficile à endiguer. Puisse Dieu m'entourer de sa grâce comme d'un bouclier.

    Je n'attend point de récompense Céleste, car je pense qu'il est bon de se souvenir que nous faisons les choses pour être bons. Une partie de moi voudrait retrouver la tranquillité des cloîtres du couvent, l'autre désire rester à Murano, y ayant trouvé, malgré la dureté de cette existence qui je pense ne convient pas à une femme, une place, un sens à sa vie. J'aurai aimé que mon amour pour le Tout-Puissant soit le seul sens de ma vie, mais en ce sens, je n'ai le courage de me marier à lui. Je crois que les falaises de Murano ont volé mon cœur. Et je considère ma place comme une manière d'expier mes fautes, mes péchés, dans la spoliation et un environnement spartiate. Dieu l'a choisi ainsi, alors je ne fais qu'effectuer sa volonté en restant directrice d'Il Muro. Car l'Éternel est juste, il aime la justice; les hommes droits contemplent sa face. Et je veux pouvoir le regarder sans baisser les yeux, qu'Il sache que j'accomplis Sa Volonté. Les obstacles qu'Il met sur ma route sont des moyens de me racheter.

    Je ne saurai que trop vous remercier de votre bonté concernant l'aumônier. Cela sera effectivement une bouffée d'air frais pour moi, et je pense que nous pourrons proposer mettre en place des groupes de discussions sur la religion à la prison, et mettre aux prisonniers de passer à confessions. Après tout ces hommes ont, malgré leurs crimes, également le droit de demander le pardon de Dieu. En ce qui concerne la personne en elle-même, je préfèrerai un homme: l'environnement général d'Il Muro me fait plus penser que je dois rester seule femme en ses murs.

    Je n'hésiterai pas à vous écrire, et si j'ai le temps, à vous visiter, Votre Excellence. L'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions, à bien y réfléchir, mais je reconnais que vos dires sont justes; chacun à son lot de difficultés à surmonter dans la vie, et je ne suis pas seule dans ce cas. Cela dit, je viens de réaliser quelque chose, durant mon écriture:

    La foi ne se prouve pas, elle s'éprouve. Les croyants n'ont pas besoin de preuves, mais d'épreuves.

    Je tâcherai de me montrer dignes de celles que m'envoie notre Seigneur. Merci de cette correspondance car je me sens déjà l'âme plus légères de vous avoir parlé de ce qui me faisais mal. Ce soir je me couche et je m'endors en paix, car l'Éternel me donne la sécurité dans ma demeure.

En vous remerciant pour votre bonté,
Que le Seigneur vous protège,
Votre Obligée, Raffaela Sergia Serpente.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'adresse de son Excellence Soeur Vérité de l'Eternel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Zoppichi alle lettere-
Sauter vers: