AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lions et Paons [ Ludovico Lucio III Leone ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selen M. Pavone

ஐ Monsieur Mademoiselle ஐ

avatar

◊ Messages : 392
Age : 30

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Lions et Paons [ Ludovico Lucio III Leone ]   Mer 30 Mar - 8:47

Le 30 mars, Pallazo Pavone.
Ludovico Lucio III Leone,

Vous serez sans doute surprit que vous écrive car nous ne nous connaissons que de vu, mais sachez que si je vous écris aujourd’hui, c’est pour entretenir d’une chose importante.
Ma sœur, Angelica, m’a fait par d’une demande en mariage, et j’ai été surpris de découvrir qu’elle venait de vous.

Pardonnez la rudesse de mes mots dans les quelques lignes qui vont suivre, mais j’espère que vous comprenez dans quelle situation je suis.
Angelica est ma sœur, certes aînée, mais je la considère beaucoup plus comme une petite sœur. Sa santé est fragile, et elle est quelqu’un de très délicat, tendre et au cœur solitaire.
Je vous écris ces mots en tant que frère, et non en tant que Chef de Famille, pour vous demander de prendre soin d’elle comme la chose la plus importante qu’il puisse exister à vos yeux. Je veux que vous la respectiez, que vous l’aimiez de tout votre cœur, et que jamais vous ne la blessiez. Que le sourire invisible sur ses lèvres ne disparaisse pas et qu’elle devienne une femme comblée.
Je souhaite de tout cœur, qu’à votre contact Angelica devienne encore plus belle qu’elle ne l’ai déjà, plus douce et plus habile dans les relations humaines.
Quoique que justement, le silence de ma sœur, est le plus beau son qu’il puisse exister en ce monde.

Comme tout bon frère qui se respecte, je tiens à vous dire que si il arrivait malheur, désespoir et tristesse à ma sœur, je me verrais dans l’obligation de venir dans votre palais pour défendre son honneur, et que nos deux familles seraient alors contrainte de vivre avec de la haine l’une pour l’autre.

Cependant, sachez que si j’écris ces mots, j’espère de tout mon cœur que cela n’arrivera jamais, et que votre vie ensemble sera jalonné de rire et de bonheur.
Car je ne souhaite que la plus simple félicité à ma tendre Angelica, et la voir malheureuse me briserait le cœur.

J’espère de tout cœur, que vous ne me tiendrez pas rigueur pour ces mots un peu durs à votre égard, surtout pour la première lettre que je vous écris et que vous comprendrez dans quelle situation je suis.

En tant que Chef de Famille, et frère d’Angelica, je tiens à participer personnellement au financement de votre mariage pour qu’il soit à la hauteur de vos espérances.
Je m’entretiendrais avec ma chère sœur, pour découvrir ses attentes et ce dans la plus grande discrétion.

Sachez Ludovico, que ce mariage me réjouis au plus au point, et que de voir ma sœur aussi heureuse, est pour moi le plus beau des tableaux.
J’espère aussi que les bruits que vous entendez sur mon soi-disant divorce avec mon époux ne vous rebuterons pas quand à épouser Angelica. Ces rumeurs sont fausses et non-fondées, il est certes vrai que nous traversons une crise passagère, mais je compte la régler dans les plus bref délais.
Toutefois, sachez que je suis à votre entière disposition quelque soit le souhait que vous émettrez pour le bonheur de ma sœur.

J’ai hâte de vous rencontrer et que nous discutions enfin.

Et sur ces derniers mots, je vous souhaite la Bienvenue dans la famille Pavone, et vous souhaite tout le bonheur du monde.

Votre futur beau-frère.
Selen M. Pavone.
Revenir en haut Aller en bas
Ludovico III Leone

ღ Il sua Altezza Femminiello

avatar

◊ Messages : 1302

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Lions et Paons [ Ludovico Lucio III Leone ]   Mer 30 Mar - 10:37

A une date quelconque, à un endroit comme les autres.
    Selen Magdalenia Pavone,

    Nous ne sommes pas surpris. Le devrions nous? Nous ne sommes pas surpris.
    Et, finalement, nous avions été prévenus que vous alliez nous écrire.
    Non, nous ne sommes pas surpris. Pas surpris du tout.

    Nous pensons que les étoiles tournent trop vite pour que nous en saisissions le sens. A vrai dire, nous pardonnons votre rudesse mais nous ne pouvons guère bien la prendre sur un point . La nature même de votre sœur nous est bien familière, bien plus familière que vous ne pouvez l'imaginer. Cette charmante Poupée est fragile comme de la porcelaine de Limoges, l'esprit égaré dans un pays théorique fait de connaissances sortie de livres, sans avoir encore, malgré son âge, expérimenté la vie. Nous nous faisons une idée sans avoir besoin de la connaitre.

    Pour tout vous dire, nous n'aimons pas votre sœur d'amour, et nous préférons la gent masculine. Mais elle fera la mère idéale, douce et attentive que notre nouveau fils nécessite, et nous pourrons lui offrir l'idée de la maternité qu'elle souhaite. Nous cherchons a créer autour de nous une idée de famille hétérosexuelle archétypée pour rétablir un semblant d'équilibre. Il est souhaité et nous le nécessitons. En ce qui concerne les rumeurs de votre divorce, cela ne nous regarde pas et nous n'y prêtons aucune attention, car cela nous indiffère.

    Nous trouvons votre ton légèrement va-en-guerre, Selen. Si nous n'avons rien contre personne, et sommes d'une nature à vouloir que nous nous entendions avec tous, des menaces de haine ne nous font pas plaisir. Elles nous blessent et nous rendent triste. C'est là une chose grave que vous proférez à notre encontre et une faute politique si nous étions plus bilieux de nature. Mais nous ne le sommes pas. Cependant, ne dites pas des choses comme cela: quelqu'un pourrait vous entendre du fond des ténèbres et répondre à des désirs secrets, enfouis au fond de la signification des hurlements des vos totems personnels.

    Mais ne nous heurtons pas. Surtout pour des choses qui ne sont pas encore arrivées.
    Nous ne voulons pas nous heurter, car cela est fatiguant.

    Financez si vous le désirez, c'est une attention fort gentille de votre part et je vous en remercie. Voyons dans un premier temps l'avis d'Angelica, la principale concernée, avant que de faire des plans sur la comète. Nous ignorons si elle va accepter notre demande et, dans une certaine mesure, nous ne sommes guère impatient d'avoir sa réponse. Car c'est au final, un oui ou un non, du pareil au même. Cela se fera juste seul ou à deux, voir à trois. Ou à plus encore. Ou à moins que un, à moins que rien.

    Le Bien, le Mal, la Vertu ou le Vice, ces choses nous indiffère et nous n'avons, je vous l'avoue, aucun honneur ou sens chevaleresque. Cependant nous avons du bon sens. Et au moins un sens de plus. Ou plusieurs. Nous avons gouté assez de couleurs et vu assez de musiques dans l'air pour être extralucide. Nous n'aimons pas la guerre, nous n'aimons pas les hauts faits virils. Nous n'aimons pas la courtoisie, nous n'aimons pas la séduction. Nous n'aimons pas les armes. Nous n'aimons pas les cancans, les sciences forensiques et les ballons de baudruches qui nous servent de courtisans. Nous n'aimons ni les fourmis, ni les oiseaux, ni les loups, ni les œufs au fond d'un lit d'aventure peuplé de femmes enchainées.

    Sachez que c'est à votre aînée de trouver le bonheur, pas à nous de le lui dispenser comme si elle ne savait le prendre. Nous sommes disposé à être aimable car sa compagnie nous plait. Sinon nous ne désirerions pas l'épouser, de toute évidence. Les choses se feront comme elles le désirerons: nous ne sommes que des pantins qui obéissent à quelque chose de plus grand. Nous n'avons donc pas à nous soucier d'être un galant homme, un mari formidable, une figure de proue de virilité et de savoir-vivre: nous sommes artiste, et cela est Tout. Nous sommes nous. La Forme qui nous forme. Une forme de vie. Une vie à part.

    Nous avons une question, Selen, cependant.

    Avez-vous peur que votre sœur épouse un schizophrène?
    C'est une question primordiale. A laquelle nous attendons une réponse sans détour.

    Nous allons vous dire sincèrement de quoi nous souffrons, au jour le jour:
    Nous sommes déprimé.
    Nous sommes extatique.
    Nous voyons, sentons, entendons différemment.
    Notre univers est faussé, illogique, et nous l'aimons plus que tout.
    Nous sommes morose.
    Nous sommes anxieux.
    Nous sommes Dieu le Père, le Pape ou la Mère Lustucru qui a perdu son chat.
    Notre discours est incohérent, nos idées délirantes.
    Nous avons envie de nous suicider.
    Nous avons envie de vivre le plus possible.
    Nous sommes préoccupé par des idées non reliées entre elle.
    L'air devient du poison.
    Et nos humeurs changent comme un poisson change de direction dans l'eau froide.
    Et nous sommes gentil et aimable.
    Et nous n'aimons pas la violence.
    Et nous avons dis que certaines choses nous répugnent.


    C'est à peu près tout. Nous voulions aussi vous parler d'autre chose. Gardez-vous bien de faire transparaitre trop ce que vous pensez dans vos écrits, car nous sommes capables de lire entre les lignes ce que votre cœur ressent sans le moindre effort. Et ce que nous lisons est pénible à comprendre pour le notre. Respirez, respirez plus fort. Encore un peu. Il y a des trésors cachés dans vos pattes de mouches. Nous les voyons et ils nous sont effrayant. Une sorte possession, une enquête innocente sur des questions ouvertes. Nous ne sommes pas fais pour comprendre ce genre de choses.

    Certes, nous concevons que vous ne nous croyez pas, et nous n'allons pas nous justifier sur cela. En exemple, nous vous citerons ce qui s'est passé il y a un mois, après notre retour sur les planches vermoulus de la politique vérolée de Belmonte. Pour vous faire comprendre que notre lucidité des entrelignes et entremots est véridique. Ne soyez pas effrayé cela dit.

    Un juge Aquila de notre connaissance a requit notre aide sur la question d'un homme qui avait semble t-il tué son fils de trois ans. Il nous a dis "mon histoire n'a pas changé: je n'ai pas fais de mal à cet enfant". Nous l'avons jugé coupable sur cette seule phrase, et finalement condamné, il avoua son crime. Soulignons l'importance du mot à mot et des phrases, de ce qu'ils peuvent indiquer. Selen, une grande part du langage, écrit ou oral, est inconscient. Nous baignons dans votre inconscience à vous tous. Tous. Nous comprenons sans effort le canevas de vos pensées grâce à ce que vous dites ou écrivez. Beaucoup d'informations se trouve dans une seule phrase, nous reprenons donc notre exemple:

    "Histoire"
    : Ce mot est important car il décrit une "fable", et pas un "fait". C'est une histoire. C'est l'accusé seul qui a choisi ce mot, personne ne lui a demandé "votre histoire a t-elle changé?".

    "Mon histoire n'a pas changé"
    : qui ne veut pas dire "je vous ai toujours dis ce qu'il s'est passé". Je n'attendais pas d'un homme innocent qu'il se concentre sur l'absence de changement sur son "histoire" car les récits véridiques ne "changent pas". Raconter la vérité est un processus simple puisqu'il provient directement de la mémoire.

    "Fait de mal": une expression vague pour décrire la mort de son enfant, minimisant le traitement fait à l'enfant qui en est quand même décédé. Cette minimisation semble indiquer que l'individu rejette la responsabilité de ses actions.

    "Enfant": pourquoi ne pas donner le nom de son enfant? Cette impersonnalité prouve qu'il n'aimait pas son fils.

    "Cet enfant": Les pronoms sont importants. Il n'a pas dit "mon enfant", mais "cet enfant". C'est un moyen de mettre de la distance entre lui et son fils.

    Vous voyez donc qu'en une seule phrase, cela me suffit. Pensez bien vos mots car ils me permettent de lire Votre Vérité. Faites très attention, d'autre que nous, moins désintéressés et demeurés, pourraient mal exploiter ce qu'ils trouvent sur vous en vous lisant.

    Nous ne sommes pas très clair; nous ne le sommes jamais.
    Car nous sommes la Sphinge de Bulluno et d'ailleurs.

    Cependant, à votre question secrète, intime, nous pouvons vous le dire:
    Cela a toujours été vous. Uniquement par vous et votre volonté.

Bien à vous,
Votre Obligé, Ludovico Lucio Troisième du nom
Leonem Mirabilis.

_____________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Lions et Paons [ Ludovico Lucio III Leone ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Zoppichi alle lettere-
Sauter vers: