AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Verenzio Pavone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabetta

♪ Il Seduttore

avatar

◊ Messages : 116

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Verenzio Pavone   Mer 27 Avr - 17:26

    ₪ CARTE D'IDENTITE ₪

    ۞ Nom : Pavone
    ۞ Prénom(s) : Verenzio
    ۞ Surnoms : Il Seduttore, Il Pavone Bianco, Il Vampiro
    ۞ Âge : 33 ans, né un 1er Avril
    ۞ Rang à bord : Capitaine de l'Osso Nero
    ۞ Orientation sexuelle : Fluctuante

    Spoiler:
     


    ₪ ASPECT PHYSIQUE ₪


    ۞ Physique :
    Il est nonchalamment accoudé au comptoir, là bas. Vous avez beau le fixer, pas un instant il n'a tourné la tête vers vous, et pourtant il se sait observé. Cela l'amuse, de toute évidence, ou bien il s'en fiche royalement. Oh, bien sur, il doit être habitué à en faire tourner des regards, c'est qu'il à un peu un air d'acteur, de ceux dont les jeunes gens raffolent. Tout à fait charmant, il sort du lot avec ces yeux caramels en amande, bordés de longs cils dorés. Étincelants de malice, ils doivent sans nul doute en faire fondre plus d'un. Il serait certainement difficile de lire dans ce regard trop maîtrisé. De plus, il vient de remettre ses lunettes de vue aux verres ovales. Puisqu'il en est ainsi, vous vous attardez à détailler le reste.

    C'est un homme mûr, la trentaine sans doute. Il possède un visage à la mâchoire volontaire. Le menton et les maxillaires sont parfaitement rasés. Des traits virils, taillés dans une peau laiteuse, aussi lisse que de la porcelaine. Et puis, il y a ce nez bien droit qui accentue le côté robuste que dégage le personnage, cet aspect athlétique. A ses gestes et à sa silhouette, on devine sans mal en effet quelle doit être la courbure de ses muscles sous la coupe des vêtements. Nul doute qu'il cache un corps sculpté à la manière des statues antiques, à la hauteur de Michel Ange. Même de loin, on ne peut manquer son dos large, ses bras élancés, ses jambes interminables. Oui, il atteint presque le mètre quatre vingt-dix.

    Il a terminé son verre d'alcool. Est-ce du whiskey ou du bourbon ? Le voila qui ramène ses cheveux couleur miel en arrière. Coupés au ras de la nuque, ils ont l'air fins mais épais, et peu enclin à se soumettre à leur propriétaire. Ils rebiquent légèrement d'ailleurs malgré le geste, et certaines mèches particulièrement indisciplinées viennent chatouiller le front sans autorisation aucune. Un détail qui vient perturber l'ensemble un peu trop parfait.

    ۞ Allure :
    C’est le mot. La perfection jusqu’au moindre détail, jusqu’aux ongles parfaitement soignés, rien de négligé ne venant perturber le portrait lisse qui tourne à présent une page du journal. Il se tient bien droit sur la chaise haute, ses jambes se croisant nonchalamment. Il n’y a rien qui dénoté dans l’attitude distinguée du blond, dans son port altier, presque princier. Tout en lui respire la noblesse. C’est avec élégance qu’il tient le bâtonnet de tabac entre ses doigts, tout en jetant un regard alangui tout autour. Et non. Rien de ce qu’il arbore n’est du à des modifications charnelles, contrairement à ce que vous pouvez penser, ou presque.

    ۞ Goûts vestimentaires : ce que vous pouvez en juger, sa situation est excellente. C'est un costume beige coûteux qu'il porte, une chemise d'un blanc impeccable, soigneusement repassée. Si vous le connaissiez un peu mieux, vous sauriez qu’il ne porte que des couleurs claires, jamais trop fantaisistes, presque toujours des complets du genre. Une cravate nouée à l'italienne glisse contre les broderies en arabesques du gilet brun bien fermé. Les chaussures de cuir cirées achèvent votre jugement à son propos. Serait-lui qui dégage cette légère odeur d'eau de Cologne ?

    ۞ Signes particuliers :
    A défaut de n’avoir aucune signe particulier, si ce n’est qu’il porte des lunettes, il possède un corps extrêmement pâle sans imperfections aucune, ce qui peut paraître étrange quand on sait qu’il devrait avoir une peau tannée par le soleil, et couverte de cicatrices.
    .
    ₪ INFORMATIONS PSYCHOLOGIQUES ₪


    ۞ Généralités :
    Chacun sait qu'il ne faut se fier à la seule apparence.

    Si vous l'avez fréquenté, même de loin, alors vous vous êtes déjà fait une idée du personnage. Il est assurément quelqu'un d'imposant, indépendant. Se blottir dans ses grands bras paraît une bonne idée au premier abord, c'est sans compter sur son attitude clairement rigide et vous aurez tôt fait de renoncer, ne serait-ce qu'en portant un regard plus sage sur ce visage incapable de sincérité. Pourtant il dégage une aura au parfum irrésistible, et de multiples papillons curieux ont tendance à lui tourner autour et à se prendre dans le plumage de son sourire. Qu'ils prennent garde. Véritable sociopathe, rien ne semble en mesure de l'émouvoir, ni les rires, ni les pleurs. La vie ou la mort. Le bien, le mal. Le blanc, le noir. Cela ne signifie rien pour lui. Il se rit de tout.

    Fin manipulateur, cet homme virulent serait capable de tout pour atteindre ses objectifs, et n'aurait aucun scrupules à évincer ses concurrents ou adversaires. Dans un monde paré de cadavres, l'objectivité est de mise, et le détachement, essentiel. Ainsi il peut faire preuve d'une indifférence absolument effrayante face des situations dérangeantes. Glauques. Lui même peut se montrer violent au besoin, d'une cruauté exquise, excessive, qui lui vaut crainte et respect jusque dans son équipage. Comme ses semblables, il est aux ordres d'un supérieur hiérarchique. Cette demoiselle n'a pas plus d'importance qu'une autre à ses yeux, et si une occasion se présentait il n'hésiterait pas à se faire traître. La fidélité n'est pas un de ses atouts. Rien ne parvient réellement à troubler son existence monotone, hormis la sauvagerie la plus pure, voila pourquoi il cherche parfois à se distraire plus que de raison et aux dépends souvent des Autres.

    Jusque là, il exécute tout ce qu'on lui demande à la perfection, et ne refuse bien évidemment aucun bain de sang. Pour conséquence, une réputation à la hauteur de ses performances tant et si bien qu'il est prisé dans le milieu. Il ne cède rien pour rien, et rend coups pour coup. Parfois son visage fermé s'anime brièvement. Il s'agit le plus souvent d'un sourire mauvais en coin. De pupilles brillantes, excitées. Il peut se faire aussi innocent et doux qu’un petit cygne s’il peut en tirer avantage. Ne vous réjouissez pas toutefois si vous êtes témoin de ce changement temporaire, sous le ramage immaculé poussent des plumes noires. Il est dangereux.

    ۞ Vices : Il aime les bon alcools, le whiskey notamment, mais ne peut malheureusement pas en boire sous peine de vomissements. Une cigarette de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal. Des petites envies bien vite consumées en somme. Aucune commune mesure avec cette soif inextinguible de sang et de viande rouge qui le tiraille, que ça soit sur un champ de bataille ou dans son menu du jour.

    ۞ Aime : Verenzio apprécie qu’on reconnaisse ses qualités, quelles qu’elles soient. Il aime se faire remarquer, en faisant son enjôleur et en faisant la cour, tout autant qu’en plein milieu d’un combat dans lequel il se déchaine plus que tout autre. Il joue du violon divinement bien, parvenant à soutirer à l’instrument des mélodies aussi charmeuses que les chants des cygnes disent certains. Et puis un truc qu'il adore faire: parfaire son Arte Carnale sur de pauvres victimes. Charmant, non ?

    ۞ N'aime pas : Qu’on marque sa peau d’une quelconque blessure. Les fausses notes.

    ۞ Sociabilité : Il ne semble pas dur de l’approcher, mais ardu de le saisir. S’il le désire il saura se faire séducteur pour charmer ses proies et son entourage, tant et si bien qu’on pourrait facilement le croire candide, mais cette part joli-cœur est contrebalancée par une autre bien plus noire et sale. Il ne conserve réellement de lien avec personne, se montrant soit trop difficile à saisir, soit trop animal. Au final il se retrouve bien souvent isolé, et content de l’être ma foi.

    ₪ HISTORIQUE ₪


    ۞ Passé :

    Curieux mélange d’un cygne blanc et d’un paon noir, il était venu à la vie avec un teint pâle et des pouvoirs sombres. De sa mère il avait hérité les cheveux et la carnation clairs, le visage angélique. Son paternel lui avait donné l’intrinsèque : l’Arte Carnale, son Nom et sa lignée.
    Un soir, des reptiles s’étaient infiltrés chez eux, répandant le Poison dans leur esprit, et il s’était fait mordre. Une phrase mesquine s’était glissée dans sa tête, faisant naître des révélations faussées qui régiraient sa vie de rescapé pendant encore bien longtemps. Les ennemis ne prenaient pas garde à la couleur du plumage, s’il se trouvait dans ce nid, il devait disparaître, comme les autres. Alors il courut à en perdre haleine.

    Il ne savait pas bien comment il en était arrivé là. Les souvenirs ne restaient pas gravés, ils demeuraient sous la surface, anesthésiés. Il ne voulait pas les réveiller. Son état était inquiétant. En apparence on lui donnait treize ans et il ne parlait pas. Il était là et observait de ses yeux ternes les adultes qui l'avaient chopé, qui devisaient à son sujet. On l'avait trouvé dans les ruelles, errant dans les quartiers sales et mal fréquentés. Depuis combien de temps vivait-il à l'affût comme un animal, sans contact humain ? On n'avait rien pu lui tirer de plus que son nom. Verenzio. C'était risible, et pourtant c'étaient ces trois syllabes qui résonnaient dans son crâne et le sauvaient de l'anonymat, d'un passé totalement vide. Certains assuraient qu'il s'agissait d'un coup sur la tête qui lui avait fait perdre la mémoire, d'autres avançaient l'hypothèse du choc psychologique. Quoiqu'il en soit, cela importait peu.

    Ces personnes auraient pu être des agents de police, des personnes ordinaires qui l'auraient envoyé à l'orphelinat du coin où il aurait moisit jusqu'à sa majorité. On l'aurait aidé à communiquer, à s'en sortir, et il aurait pu avoir l'ébauche d'une vie normale. Ce ne fut pas le cas. Le dangereux virage que prit son existence allait le plonger dans l'horreur humaine. C'étaient des trafiquants de gosses qui le prirent à leur solde. Ils n'avaient évidemment aucune bonne intention à son sujet et se servirent de lui comme mendiant, comme voleur en majeure partie. L'innocence et l'agilité conférée à cette tranche d'âge lui permirent d'exceller dans le domaine, tant et si bien qu'on lui confia des missions de plus en plus importantes, difficiles. Il s'en sortait toujours. Rien ne semblait le troubler, ni la décadence, ni la mort, et les scènes macabres auxquelles il put assister au bout d'un certain temps le laissaient de marbre.

    Il venait d'avoir quatorze ans quand on lui mit une arquebuse entre les mains. Il était pris comme matelot sur un grand navire de pirates. Quelle aubaine pour lui ! C’est qu’il prenait de plus en plus de plaisir à la violence le gamin. Leur chef était un vrai salaud, m’enfin il fallait bien ça au moins pour être capitaine, et puis il devait avouer que ça lui était complètement égal. La seule chose qu’il convoitait, c’était de grimper les échelons et de pouvoir se battre au plus près des ennemis. Si les premiers temps on le chargeait des plus basses besognes, sa soif d’avancer lui permit d’accéder rapidement aux rangs supérieurs. Il s’occupait des voiles, de l’entretien du bateau, puis on l’autorisa à charger les canons. Le jour où il fut envoyé se battre sur un autre navire fut peut être le plus beau de sa vie. C’était jouissif d’entendre les os craquer sous ses poings, les chairs se fendre, le sang gicler. Le sang. Il s’aperçut que cela avait bon goût.

    Avec le temps Verenzio comprit que ce breuvage lui permettait de renouer avec des pouvoirs oubliés, et alors il se mit en chasse. Il en voulait davantage, encore On le trouvait déjà assez particulier comme ça, à ne vouloir ingurgiter que des protéines animales, mais son équipage découvrit bien pire. Il ne se cachait pas, peu lui importait qu’on le prenne pour un malade ou un dégénéré. Lorsqu’il se jetait au cou de ses victimes, souvent des prisonniers de guerre, il ne les lâchait pas avant de les avoir sucé jusqu’à la moelle, quand ce n’était pas après les avoir transformé en des créatures plus vraiment humines. S’il ne fut pas condamné par ses pairs, c’était bien parce que ce terrible Vice lui donnait l’opportunité de soigner certaines blessures au sein du bateau, et parce qu’il était un élément émérite. De toute manière on avait bien trop peur de lui pour lui faire la moindre remarque. De fil en aiguille, il devint un grand combattant au sein de la communauté, doublé d’un chirurgien sans égal. Bien pratique.

    Que raconter d’autre ? Oui, vers ses vingt quatre années il passa sous le commandement d’une jeune cygne, ce qui le laissa dans l’indifférence la plus totale. Il est vrai que quatre ans plus tard, ils subirent une cuisante défaite qui faillit leur coûter la vie. Mais qu’était-ce dans l’océan de batailles qu’ils avaient menés, qu’était-ce au milieu des milliers d’hommes qui étaient passés sous sa lame ? Malgré tout cela, il vivait encore aujourd’hui. Il passe désormais son temps entre les eaux de l’archipel et la terre ferme, n’appartenant véritablement à l’un, ni à l’autre de ces univers.

    EDIT: Au courant de sa trente-troisième année, leur Capitaine quitta le navire en quête d'autres horizons, et elle lui laissa le commandement de l'Osso Nero. Pourquoi lui alors qu'il n'était que moucheur ? Elle lui répondit qu'il saurait y faire mieux que quiconque. Sans doute serait-elle assurée que son règne continuerait sous le signe de la terreur la plus noire. A cette époque, il revêtit à des fins personnelle la peau d'une femme, une Cygne qui avait existé il y a de cela vingt ans. C'est ainsi qu'il fut nommé Reine de tout Bulluno. Désormais respecté et craint de ses pairs, il instaure petit à petit un climat d'horreur au sein d'Agitazione et des pirates. Tous sont aux pieds de la femme sous laquelle se cache un oiseau terrible. Ceux de sont équipage connaissent sa nature véritable, et cela ne fait qu'accentuer leur soumission envers cette cruelle princesse de glace. Il était connu pour désobéir, pour faire souffrir les prisonniers et les ennemis, l'équipage en avait peur, tout en étant hors de portée de sa démence. Cette époque est révolue. Maintenant, même ses alliés tremblent quand elle se montre. On dit qu'un gigantesque loup noir l'accompagne où qu'elle aille, qu'il montre les crocs à ceux qui s'approchent de trop près, qu'il déchiquète ceux qui osent porter la main sur elle.
    Le jour ou elle reprendra son apparence véritable ne fera que dévoiler un peu plus la nature monstrueuse de cet être.


    ۞ Famille :

    Bianca Cygno, mère, décedée : On la disait magnifiquement belle, et sa longue chevelure d’un blond presque blanc en avait charmé plus d’un. Cependant, l’élu de son cœur se trouva être un Pavone aguicheur. Après l’avoir fait tourné en bourrique pendant plusieurs années, elle était parvenue à l’épouser à force d’acharnement et de chants. Elle est décédée lorsque son mari à rendu son dernier souffle.

    Nero Pavone, père, décédé : Lui était connu pour être frivole, et ne ralentit pas ses fréquentations après le mariage pour la plus grande tristesse de sa femme. Cette dernière finit par lui donner un fils légitime toutefois, et partir de ce moment là, il accepta de s’installer au palazo Cygno, envoûté par la Serenata. Il est mort lors de l’attaque contre sa belle-famille.


    ₪ ET VOUS ALORS ? ₪


    ۞ Comment avez vous découvert le forum? Fran, mon ami..
    ۞ Que pensez vous de ce dernier? Magnifique nouvelle peau
    ۞ Comment définiriez vous votre niveau RP? Rocambolesque
    ۞ Quelle sera votre fréquence de passage?Selon le trafic fluvial


Dernière édition par Elisabetta le Ven 8 Juil - 18:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raffaela S. Serpente

Principessa persa tra Vizio e Virtù

avatar

◊ Messages : 1033

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: Verenzio Pavone   Mer 27 Avr - 17:32

Awnnn, encore une bonne fiche que je valide dans le plus grand plaisir! Bon jeu à toi, très sympathique sociopathe! Magnifique signature comme toujours.

_____________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Verenzio Pavone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Galleria dei Personaggi :: Pirates-
Sauter vers: