AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A Orazio Giovanni Corvo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donatella Sambre Cigno

Vero Cigno Bianco ღ

avatar

◊ Messages : 64

MessageSujet: A Orazio Giovanni Corvo   Ven 6 Mai - 14:49





Repère chronologique: Missive envoyée juste après après leur première rencontre


Après avoir réparé l'ouvrage qu'Orazio lui avait apporté
ce jour à la
Galleria di Oro, Donatella fit parvenir au
Corvo, en même temps que son livre superbement restauré et
sa bourse pleine d'argent, la lettre suivante:




    Signore Orazio G. Corvo,

    Je n'ai eu besoin que d'une infime fraction de seconde pour me rendre compte que la réparation de l'ouvrage que vous m'avez fait parvenir ne prendrait de mon temps qu'une poignée de minutes. Mon intention, en vous mentant (et j'espère que vous me pardonnerez cet artifice), était de vous enjoindre à revenir le lendemain. Cependant, comme vous avez contrecarré d'office mes plans (futiles, je vous l'accorde mille fois), je n'ai plus nul besoin désormais de continuer ce mensonge, ni de retenir ici le livre que vous sembliez impatient de retrouver.

    Votre noble rang vous rend naturellement esclave d'une certaine forme de politesse. Pour ma part, je n'ai eu le sentiment de ne voir en ma librairie qu'un homme froid, sec et hostile sous ses bonnes et prétendument aimables manières.

    Une intonation de voix, Signore, en révèle plus sur une humeur et un être que toutes ses façons. Et vous masquiez difficilement votre colère.

    J'ai à ce propose l'audace de penser que je n'en étais point la source, du moins j'ose l'escompter. Sans doute étiez-vous, comme tous ceux de votre lignée, en proie à une intolérable hantise. Une hantise perpétuelle.

    Peut-être êtes-vous entré en compagnie d'un fantôme.

    Mais cela ne modifie en rien ma percpetion, et votre manque d'obligeance, tout comme votre incapacité à faire abstraction de vous-même, a fait de vous il y a quelques heures un homme odieux.



    Je vous salue avec sur le coeur l'amertume que vous m'avez laissé.
    Puisse votre commande vous parvenir dans les plus brefs délais.




    Signora Donatella Sambre, Librairie La Galleria di Oro
    .


Revenir en haut Aller en bas
Orazio G. Corvo

♠ Il Messagero della Morte

avatar

◊ Messages : 535
Localisation : Dans le monde des morts

Carnet de Bord
Carnet de Bord:
MessageSujet: Re: A Orazio Giovanni Corvo   Dim 8 Mai - 21:34

Lettre adressée à Donatella Sambre, un peu chiffonnée, d'une écriture fine qui troue presque le papier par endroits.

Citation :
    Signora Sambre,

    J'ai laissé passer quelques temps avant de répondre à votre missive, pour me donner le temps de digérer les propos acerbes d'une parfaite inconnue dont j'ignorais jusqu'au nom.
    Sachez que mes humeurs et mes missions ne vous regardent en aucune manière. Je suis venu pour un service, je vous ai payé ce service, et la transaction marchande peut se passer de ce genre de remarques déplaisantes et totalement inappropriée de la part d'une commerçante qui rencontre pour la première et seule fois, croyez-le bien, un nouveau client.

    Vous prétendez avoir voulu me faire revenir? Drôle de manière pour ce faire que d'envoyer ma commande accompagnée de ce genre de lettres. Soyez plus inventive si prochaine fois il y a.

    Mais bien que cette missive m'ait passablement contrarié, je n'ai pu que m'extasier sur votre travail. Quel dommage qu'une femme si douée ne puisse faire... Comment dites-vous? Abstraction d'elle-même? Je vous remercie pour ce travail fait vite et bien. Vraiment bien. A dire vrai, j'aimerais vous dire que vous n'êtes qu'une bonne à rien pour contrebalancer vos propres propos, mais je serais le pire des menteurs et des goujats.

    Sur ce, je me dois d'abréger cette missive, pour nos plus grands plaisirs respectifs, j'imagine. Des affaires importantes m'attendent. Sans cela, je serais venu en personne régler ce ridicule différent, soyez-en sûre.

    Je vous prie d'accepter malgré tout, signora, l'expression de mes sentiments odi... Distingués.

    Orazio Giovanni Corvo

Revenir en haut Aller en bas
Donatella Sambre Cigno

Vero Cigno Bianco ღ

avatar

◊ Messages : 64

MessageSujet: Re: A Orazio Giovanni Corvo   Lun 9 Mai - 11:34

La jeune femme souriait encore lorsqu'elle glissa la feuille de papier dans l'enveloppe, avant de la cacheter.

    Croyez bien, Signore, que je n'ai point pour habitude de manifester ainsi mes sentiments. Véhémente, oui je l'ai été pour vous. Et il est vrai que je me devais de garder pour moi mes ressentis. Premièrement car, comme vous l'avez si bien souligné, je ne suis qu'une libraire et qu'en ma qualité de telle il ne m'appartient pas de donner de leçons à mes rares clients. Et en second lieu car je n'ai pas l'âme d'une moralisatrice ou d'une correctrice de moeurs. De plus, votre rang social m'interdit toute insulte à votre égard, et loin de moi l'idée que de vouloir vous faire offense.

    Ne voyez donc point dans ma précédente missive le cri du coeur enragé d'une commerçante indignée, mais plutôt la blessure froissée d'une dame située certes plus bas que vous sur l'échelle sociale. Je n'ai eu l'intention en vous écrivant que de vous communiquer mon regret d'une telle rencontre, ou plutôt, de telles circonstances défavorables à l'un comme à l'autre. Car avant d'être une restauratrice de livres anciens, je suis un être humain, et vous, avant d'être un medium, ou je ne sais quel terme définirait le mieux vos dons extra-lucides, vous en êtes également un.

    Ainsi devriez-vous sans doute prendre garde à ce que votre sociabilité naturelle et l'affabilité qui caractérise je n'en doute pas un homme de votre stature, ne soient entâchées par vos humeurs.

    Vous vous moquez sans nul doute de déplaire à une libraire. Mais je gage que l'amitié de vos contemporains vous est précieuse.

    Reconnaissez au moins mon amabilité de la semaine dernière, en votre présence. Vous saurez, bien que cela n'ait aucune importance, que je ne vous suis pas hostile.

    Soit dit en passant, votre lettre m'a fait sourire. Malgré votre agacement certain lorsque vous l'avez rédigée (les griffures profondes de votre plume dans le papier en sont témoins), vous n'êtes pas dénué d'un certain humour, Signore. Et la souplesse de votre style fait s'écrouler l'hypothèse d'une éventuelle arrogance.

    Ce fut un plaisir surprenant de vous lire.


    Je reste votre dévouée servante, quoi qu'il se peut fort que nous ne nous revoyions pas.


    Donatella Sambre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Orazio Giovanni Corvo   

Revenir en haut Aller en bas
 

A Orazio Giovanni Corvo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belmonte :: Biblioteca di Belmonte :: Zoppichi alle lettere-
Sauter vers: